Au début de la IIIe République et bien avant, la question du minimum de connaissances que l’enseignement primaire doit transmettre à ses élèves a fait l’objet de réflexions poussées, de controverses qui traduisent, par leur hauteur et leur largeur de vue, la recherche d’un idéal.

Il s’agissait du socle commun, à une époque où l’on parlait simplement français, sans recourir aux subterfuges de la communication.

Najat Vallaud Belkacem  a clos le chapitre du socle commun, mais la question reste posée.

SOMMAIRE

Un certain nombre des informations que nous présentons proviennent de l’ouvrage de Claude Lelièvre « L’école obligatoire, pour quoi faire ? Une question trop souvent éludée » Ed. Retz 2004.

(Visited 7 times, 1 visits today)

Pour rester informé, je m'abonne à la lettre

Pin It on Pinterest