Un regard positif

L’enfant se construit par nos tendresses, entouré d’un monde d’amour, il sait que sa présence donne beaucoup de joie. Un regard positif porté sur notre enfant permet de lui montrer qu’il est aimé quoiqu’il arrive.
Préserver un enfant c’est donc ne jamais l’humilier, car ce serait le livrer à la désolation, à la résignation ou à la vengeance : trois attitudes qui l’empêchent d’atteindre sa vraie dimension d’homme.

Autrefois, pour que l’enfant reste humble, pour le stimuler à mieux faire, pour qu’il marche droit, on n’hésitait pas à réprimander, réprimer, reprendre, en public ou devant témoin, effectuer des comparaisons,…
Aujourd’hui, nous savons que la confiance entre parents et enfant est un bien essentiel à préserver. Aussi, il nous semble important d’éviter l’humiliation sous toutes ses formes : moqueries, surnoms disgracieux, comparaison à d’autres (intelligence, comportement, qualités de cœur,…), sanctions verbales ou physiques devant les autres,….

« Si l’enfant ne se comporte pas correctement, qu’il soit petit ou grand, à l’instant même, je ne dis rien d’important mais je lui demande de venir dans en un lieu ou nous serons seuls. Là, calmement mais fermement, je lui explique mon désaccord avec son comportement, il donne ses raisons et nous établissons des résolutions à tenir.
En général tout rentre dans l’ordre, sans avoir démoli la confiance qu’il nous porte. Par la suite, je l’encourage devant les efforts qu’il fait…»

« Avec une de mes filles nous avons établi un code secret : dès qu’elle se met à râler contre tout et tous (son défaut du moment qui gène la vie de famille), je fais le signe convenu (je passe mon doigt sous mon nez, comme si la moutarde montait !) elle le voit et reprend un regard positif, ou moins négatif en tout cas, et minore ses critiques… »

Une autre source de découragement de l’enfant et de perte de confiance : il arrive que l’on traite un enfant de menteur ou de voleur, ou de dissimulateur,… Il faut toujours distinguer l’enfant de l’acte qu’il a commis, lui laissant ainsi une possibilité de changer sans avoir une étiquette négative qui décourage tout progrès.

Pour ceux et celles d’entre nous qui sont enseignant ou éducateur, ces attitudes de regard positif sur l’enfant doivent être quotidiennement les nôtres, nous sommes les adultes, nous sommes capable de prendre du recul, d’analyser avec l’enfant ou le jeune, son comportement. Une humiliation vécue en classe devant tout le groupe d’amis est source de révolte, ou de démission « A quoi bon essayer de progresser… ».

Il peut nous arriver d’être fatigué, maladroit, une demande d’excuse ‘entre 4 yeux’ permet à l’enfant de comprendre que nous ne sommes pas parfait, que lui aussi peut nous aider à progresser !
Dans un climat de confiance et d’amour, aidons nos enfants à grandir et se développer.

B.V.

Vos commentaires

Publier un commentaire

Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour publier votre commentaire

 

(Visited 2 times, 1 visits today)

Pour rester informé, je m'abonne à la lettre

Pin It on Pinterest