A propos des méthodes de lecture, Skhole présente deux témoignages bien documentés :
. « Dysorthographie au collège » par Marc Olivier SEPHIHA, qui commente les résultats de dictées faites aux élèves de plusieurs classes de 6ème et 3ème. Ici, la dysorthographie ne résulte pas seulement de l’ignorance de l’orthographe lexicale, mais dans bien des cas de l’incapacité d’écrire des mots phonétiquement corrects. Le lien avec les méthodes de lecture employées au CP est facile à faire : ce sont les éléments de base qui n’ont pas été assimilés, les syllabes que les élèves ne savent pas écrire par faute d’apprentissages et d’exercices systématiques dans l’année du CP.
. « La méthode alphabétique, pourquoi ? » par Magali GAUBERT, institutrice, qui explique par des exemples comment et pourquoi elle est passée des méthodes mixtes à une méthode alphabétique. Ses explications sur les inconvénients des méthodes mixtes, majoritairement utilisées dans les classes, sont lumineuses, même pour un non spécialiste (*). Sa plaidoirie pour les méthodes alphabétiques devrait séduire des enseignants soucieux d’améliorer leurs pratiques, quitte à renoncer aux idées fausses transmises dans leur formation initiale par des formateurs qui n’ont jamais enseigné la lecture.
. La troisième pièce au dossier est une réflexion sur les nombreux contresens qui ont été proférés au sujet de l’apprentissage de la lecture.
Lire le dossier…

* Dans son article, Magali GAUBERT montre les incohérences de méthodes largement utilisées, par des exemples concrets. Elle cite : Abracadalire, Rue des contes, Ratus. Dans le registre des méthodes à éviter, on peut ajouter sans hésitation Grindelire, Ribambelle, et bien d’autres moins fréquentes. Attention aussi à des méthodes récentes qui se présentent comme syllabiques mais qui sont en réalité des méthodes mixtes (exemple : A Tire d’Aile). Le sommet de l’incohérence est atteint lorsque le maître n’utilise aucune méthode et se promène dans des albums, avec des progressions davantage inspirées par le hasard des découvertes que par une réflexion préalable.

(Visited 9 times, 1 visits today)

Pin It on Pinterest