Dans LES ECHOS du 24 août, Michel SERRES compare la crise de l’enseignement, née en 68, à un tsunami : "… les gens ne se rendent pas compte de ce que vont être les prochaines générations d’adultes." Il évoque l’effondrement des savoirs : "il n’y a plus de latin, il n’y a plus de grec, il n’y a plus de poésie, il n’y a plus d’enseignement littéraire. L’enseignement des sciences est en train de s’effondrer partout". 
Pour Chantal DELSOL (LE FIGARO du 24 août) "Sans le courage des gouvernements pour accomplir les réformes indispensables (sélection à l’entrée des études supérieures, réhabilitation symbolique de l’apprentissage technique, acceptation des classes de niveau autrement que par des cantonnements hypocrites profitant seulement aux plus avertis), chaque rentrée ne peut être que l’accentuation d’un pourrissement".

(Visited 1 times, 1 visits today)

Pour rester informé, je m'abonne à la lettre

Pin It on Pinterest