Pédagogisme et égalitarisme scolaire

«Un facteur qui n’est pas la cause de la crise mais qui l’a aggravée : le rôle unique que joue et a toujours joué dans la vie américaine la notion d’égalité ; égaliser ou effacer autant que possible, la différence entre jeunes et vieux, entre doués et non doués, c’est-à-dire entre enfants et adultes et en particulier entre professeurs et élèves. Il est évident que ce nivellement ne peut se faire qu’aux dépens de l’autorité du professeur et au détriment des élèves les plus doués »

 Hannah Arendt- 1972 – La crise de la culture

  
« L’égalité parfaite postulée par l’idéologie, dans sa logique égalitariste, conduit à nier les toutes différences entre adultes et enfants, entre professeurs et élèves. Du même coup les adolescents sont privés de modèle d’identification valable leur permettant d’établir sur des bases solides leur identité, leur moi. L’adulte qui renonce à se comporter en adulte, qui démissionne devant l’enfant ou l’adolescent, qui encense obséquieusement les jeunes, ne peut constituer pour lui un modèle d’identification. Ce faisant, il refuse au jeune l’accès au monde des adultes.

 « On a commis, sur l’influence du pédagogisme, l’absurdité de considérer les enfants comme une minorité opprimée ayant besoin de se libérer.

 « L’abdication du monde adulte est directement responsable du développement de la violence à l’école, qui est encore accrue par le dogme du pédagogisme d’une « ouverture » de l’école sur la ville.

« Dès les années 50, Hannah Arendt analyse le « pathos de la nouveauté » qui sévit aux Etats-Unis et elle en annonce la faillite.

« L’égalitarisme scolaire apparaît à première vue comme une pathologie sociale résultant d’une agression idéologique dirigée contre les sociétés démocratiques de la seconde moitié du XXe siècle. L’égalitarisme est, nous le savons depuis Tocqueville, l’une des passions dominantes des peuples démocratiques. »

«Le pédagogisme est l’habillage doctrinal de l’égalitarisme. Dès lors que l’enseignement, qui consiste dans la transmission des connaissances et des méthodes, est créateur d’inégalités, du fait que les individus sont inégaux face à l’apprentissage, la solution pour empêcher l’apparition d’inégalités est d’enseigner le moins possible. L’idéologie pédagogiste assigne à l’école la mission d’initier les enfants à un art de vivre. Elle fait de l’école un lieu de socialisation, une école de « l’homme total » selon la formule de Louis Legrand.

« L’objectif fondamental est d’apprendre à l’élève à « vivre en communauté ».

« Au nom du dogme égalitaire, la volonté politique d’aligner la démarche de tous les enfants sur celle des moins doués scolairement provoque le bannissement de l’école de la démarche didactique classique et des savoirs constitués, monstrueux refus de formation intellectuelle et de culture à des millions d’enfants appartenant à tous les milieux sociaux ; le pédagogisme, qui n’est qu’une technologie prétentieuse, s’est employé à briser les traditions sur lesquelles reposaient l’efficacité de la transmission des savoirs, aussi bien dans le domaine de la lecture et de l’écriture (méthodes globales, langue phonétique, etc.) que de la grammaire ou des mathématiques. Ce faisant, il a abouti à priver le plus grand nombre des élèves de méthodes sûres et de connaissances précises. Il entendait ainsi réaliser l’égalité de tous : l’égalité par le bas. »

Extraits de  »Culture et contre-cultures » Jean-Louis HAROUEL – PUF 1994

Ouvrage couronné par l’Académie des Sciences Morales et Politiques

(Visited 3 times, 1 visits today)

Pour rester informé, je m'abonne à la lettre

Pin It on Pinterest