Son programme est téléchargeable ici

Le programme est massif. Tout pour le secteur public, rien pour le privé.
Il est massif aussi par ce qu’il sous-entend de moyens financiers.

Nous avons distingué 12 propositions ici numérotées dans l’ordre du programme.

Proposition (10) « Réserver l’argent public au financement de l’école publique (abrogation de la loi Carle notamment) »
Que fait-on du privé sous contrat ?  On ferme les écoles ou on les nationalise ?
Il resterait probablement un secteur privé à financement privé par des parents aisés dans quelques écoles – par des dons pour les autres.

Proposition (1) « Créer un service public de la petite enfance et ouvrir 500 000 places en crèche et modes de garde adaptés dans les cinq ans »
500 000 enfants –  5000 à 10 000 crèches – 50 000 à 100 000 éducatrices . Crèches apparemment publiques, ce qui justifie l’existence d’une nouvelle administration.

Proposition (2) « Abroger la réforme du collège du gouvernement Valls »
Et bien d’autres dispositions prises par V. Peillon et N. Vallaud Belkacem ?

Proposition (3) « Garantir le cadre national des programmes et des diplômes »
Par quel organisme ?

Proposition (4) « Étendre la scolarité obligatoire de 3 à 18 ans, en adaptant les pédagogies et les parcours scolaires »
Nous sommes opposés à la « scolarité » des 3 et 4 ans, et a fortiori à l’obligation.
Apparemment, le candidat est favorable à des parcours scolaires diversifiés. Mais il ne se perd pas dans les explications.
Nous sommes favorables à l’extension à 18 ans de l’instruction obligatoire, novation en fait limitée aux décrocheurs de 16 à 18 ans.

Proposition (5) « Instaurer une nouvelle carte scolaire établissant la mixité sociale »
La chasse aux parents fraudeurs sera ouverte.
A la limite, dans certains secteurs de la carte, l’égalité sera établie : tous les élèves seront incultes.

Proposition (6) « Mettre en œuvre un plan de lutte contre les inégalités à l’école maternelle et primaire, notamment avec un droit à la scolarisation dès 2 ans, la baisse du nombre d’élèves par classe en primaire, la présence de davantage d’instituteurs que de classes dans les écoles, le développement des Réseaux d’aide aux élèves en difficulté »
Peut-être aussi faudra-t-il « adapter les pédagogies » ?

Proposition (7) « Assurer la gratuité réelle de l’éducation publique, y compris les cantines, le transport et les activités périscolaires, fournir gratuitement aux élèves les manuels scolaires, ainsi que des fournitures sans marque, pour assurer une réelle égalité des conditions entre élèves et lutter contre l’intrusion marchande à l’école »
Saluons la candeur d’un candidat, qui croit lutter contre l’intrusion marchande à l’école. Qui fera cadeau à l’éducation publique de l’approvisionnement des cantines, des transports, des activités périscolaires, des manuel, et des curieuses « fournitures sans marque » ?

Proposition (8) « Recruter au moins 60 000 enseignants supplémentaires sur le quinquennat et mettre en place un dispositif de prérecrutement pour favoriser l’accès au métier d’enseignant pour les jeunes issus de milieux populaires. »
Pré-recrutement, assorti sans doute d’un pré–salaire, pour attirer des candidats : ici encore on soigne les effets et non les causes. L’Education nationale ne trouve plus de bons candidats. C’est elle qu’il faut changer.

Proposition (9) « Revaloriser le salaire des enseignants, en particulier ceux du primaire »
Précis dans les généralités, vague dans les détails.

Proposition (11) »Éradiquer l’illettrisme pour les jeunes sortis du système scolaire et les adultes à l’horizon 2022″
En 2017, plus de 100 000 jeunes, entrés à l’école en 2007, seront quasi illettrés. De 2017 à 2022, si rien ne change, plus de 500 000 quasi illettrés termineront leurs études.
Ce qui aura pu être fait entre 2017 et 2022 à l’école primaire ne changera rien au sort de ces 500 000 naufragés, ou décrocheurs. À moins que le candidat ne prévoie une mobilisation générale de ces 500 000 et de dizaines de milliers de volontaires pour s’occuper d’eux ?

Proposition (12) « Développer les structures d’alphabétisation et les cours de langue française pour les personnes non francophones. »
sans commentaire.

(Visited 2 times, 1 visits today)

Pour rester informé, je m'abonne à la lettre

Pin It on Pinterest