« Les parents ont par priorité le droit de choisir le genre d’éducation à donner à leurs enfants ».
Article 26.3 de la déclaration universelle des droits de l’homme.

Instruire soi-même ses enfants est un droit et parfois même un devoir lorsque l’Etat ne peut remplir ce rôle. Plutôt que de se demander pourquoi de plus en plus d’enfants sont scolarisés dans des écoles hors contrat ou en famille, l’Etat fait le choix de réduire les possibilités dans ce domaine. On pourrait n’y voir qu’un moyen de supprimer tout ce qui peut faire de l’ombre à l’Education Nationale et mettre en lumière ses carences. Mais, c’est sans doute plus grave !

Certains espéraient que notre système éducatif s’inspirerait des bons résultats de la Finlande. C’est de moins en moins le cas. Il faut dire qu’en Finlande, on fait confiance aux parents et le système éducatif ne se conçoit pas sans eux. En France, il se conçoit contre eux. La plupart des petits finlandais entrent à l’école à 7 ans après avoir bien profité de l’éducation familiale et des jardins d’enfants. En France, ils iront à l’école dès 3 ans que leurs parents le veuillent ou non.

En France, en 2013, on pouvait entendre le Ministre de l’Education nationale Vincent Peillon dire en toute simplicité : « Pour donner la liberté du choix, il faut être capable d’arracher l’élève à tous les déterminismes, familial, ethnique, social, intellectuel. »

En 2019, Jean-Michel Blanquer (sous des airs angéliques) obtient l’instruction obligatoire à partir de 3 ans.

En 2021, tout est prêt pour passer à l’école obligatoire de 3 à 16 ans.

Ajoutez à cela le service universel qui permettra de mettre toute une classe d’âge sous la coupe d’associations affiliées à l’éducation nationale, et vous verrez ainsi se réaliser le plan rêvé de Monsieur Peillon.

L’Education nationale n’a plus pour mission d’instruire mais bien plutôt d’éduquer et former des citoyens modèles (ce qui ne veut pas dire libres, parce que lorsque les enfants seront libérés de leurs déterminismes, ils obéiront sans aucun esprit critique aux injonctions de quelques-uns bien placés pour se faire entendre).

Sous pretexte de lutter contre des séparatismes que la loi actuelle suffirait à combattre, c’est un tout autre plan qui est mis en oeuvre, et qui nous est annoncé depuis longtemps. Une société se change par les enfants, et pas autrement.

Alors, oui, lutter contre cette dernière atteinte aux droits de l’homme, dans un pays qui en a inspiré bien d’autres par sa déclaration de 1789, c’est refuser de donner les clés à une élite dont les intentions ne sont jamais très claires.

Défendre la liberté d’instruction en famille, c’est défendre quelque chose qui nous dépasse, indépendamment de nos choix personnels.

C’est pourquoi nous vous encourageons à signer d’urgence la pétition suivante :

https://www.mesopinions.com/petition/enfants/maintien-droits-instruction-famille/107871

(Visited 1 times, 15 visits today)
close

Pour rester informer, je m'abonne à la lettre

Pin It on Pinterest