Angleterre : succès des méthodes syllabiques

Dans le numéro 2 de Débats sur l’éducation, revue publiée par l’association SOS Education, Constance de Ayala présente une excellente synthèse d’informations de sources anglaises (dont la liste est fournie).

L’Angleterre a souffert longtemps des mêmes difficultés que la France : une langue encore plus complexe que la nôtre quant aux relations entre l’écrit et l’oral, des écoles en milieux défavorisés dont la majorité des élèves est mauvais anglophone (et ne parle pas l’anglais à la maison),  des résultats lamentables dans les comparaisons internationales (PISA et PIRLS).
Les choses sont en train de changer, et les résultats des Anglais s’améliorent, comme le montrent les résultats de l’enquête PIRLS 2011 que nous avons commentée.

Les causes de ce miracle anglais sont simples et accessibles à tous les pays, et nous ferions bien de nous en inspirer :

– refus des explications universelles, telles que le manque de moyens
– volonté de progression, et acceptation de la mesure des progrès, de la comparaison entre les méthodes et pratiques pour choisir les plus efficaces
– expérimentations, échanges d’expériences
– large initiative laissée aux écoles, à leur directeur, aux enseignants, tant qu’ils progressent ; l’ Inspection s’occupe des écoles qui ne progressent pas.
– et en conséquence :
– accord entre les partis politiques.
– adoption officielle et recommandation de la méthode alphabétique
– adoption de l’objectif que tous les enfants doivent savoir lire à la fin du primaire (l’Angleterre en est encore loin, comme nous)
– priorité donnée aux zones défavorisées, dont certaines obtiennent maintenant des résultats supérieurs à la moyenne nationale
– organisation de l’enseignement de la lecture par groupes de niveaux, et non par groupe d’âges, ce qui garantit le meilleur enseignement possible à chaque niveau

Apparemment, les Anglais n’ont pas d’abord décidé de « refonder l’école » ; ils ont encouragé la réussite et n’ont pas caché les échecs. Certes les choses n’évoluent que lentement, mais elles vont dans le bon sens.

Voir aussi:  L’apprentissage de la lecture à l’étranger – Royaume-Uni   2006 
                  D’incroyables sons – Ecosse 2007

Vos commentaires

(Visited 1 times, 1 visits today)

Pin It on Pinterest