Lettre du site

RSS

Derniers commentaires:

30/04/2013 de hemon

Votre commentaire tour simplement merci pour ce...

30/04/2013 de Parésy

Ce qu'il ne faudrait pas faire ...

06/03/2013 de tomi

La méthode Boscher ( et mamadou et bineta,...

06/02/2009 de API59223

Nous sommes parents d’enfants scolarisés dans...

02/10/2008 de FPleo

De didi, en réaction à cet article (site Veille...

texte normal  texte plus grand  texte beaucopu plus grand  envoyer ami

Triste rentrée 2007 en CP : toujours le départ global

Le départ global menace toujours des centaines de milliers d'élèves, voués dans quelques mois à la "remédiation".

Quelques semaines après la rentrée, les témoignages se multiplient "des listes de mots à apprendre par cœur – des phrases entières à apprendre par cœur, comme Cette nuit, j'ai rêvé que mon nounours était vivant".

Ou encore :

Mon fils de 6 ans (dans un mois) a débuté avec la méthode semi-globale GRINDELIRE !!!! une catastrophe !!! il a une très bonne mémoire comme tous les enfants de cet age et apprend donc les pages de lecture  par coeur. Mon mari et moi avons décidé de lui apprendre avec Léo et Léa. Je suis étonnée que l'éducation nationale autorise encore ce genre de méthode.

reçu sur notre site le 29.9.07 

Lorsque les parents s'inquiètent, certains instituteurs appliquent les consignes de désinformation données à la rentrée 2006 : ils disent appliquer une méthode syllabique. Inversement, si des parents font remarquer que leur enfant – instruit à la maison – sait lire, ils répondent que l'enfant ne sait pas lire : il déchiffre (donc il ne comprend pas ce qu'il lit).

Le Président de la République et le ministre ont réaffirmé la liberté pédagogique, et donc la neutralité de l'Education Nationale vis-à-vis des méthodes pédagogiques, car les enseignants seront jugés sur les résultats.

Nous attendons impatiemment la publication de la circulaire qui définira le résultat attendu de l'enseignement de la lecture en CP, et les critères simples permettant de vérifier dans quelle mesure ce résultat est atteint dans une classe, en cours ou en fin d'année.


Un autre témoignage

  
Cette après-midi, après les cours, j'ai eu une discussion très touchante avec une élève de 6e, toute mignonne, toute sérieuse, mais qui a des difficultés. Je lui ai demandé à quand remontaient ces difficultés. Sa réponse a été d'une telle lucidité, c'était si terrible de l'entendre dans la bouche d'une gamine de 12 ans, que j'ai regretté que tout ça ne puisse pas être filmé pour transmission à qui de droit  …. Voici ce qu'elle m'a dit, en substance.

Pour apprendre à lire, la maîtresse utilisait des étiquettes. A chaque mot nouveau du livre, une nouvelle étiquette dans la classe. "Il y en avait partout", dit-elle. Souvent, la maîtresse vérifiait la reconnaissance de ces mots. Elle se débrouillait bien : elle avait bien repéré où se situait chaque mot. Et puis, les textes, on les répétait tellement que, le soir, à la maison, quand il fallait les relire tout seul, elle les connaissait par coeur. Elle récitait au lieu de lire. Sa maman a réalisé que, malgré les apparences, il y avait un problème quand, un soir, elle s'est trompée et a ouvert son livre à la mauvaise page...Dès lors, sirènes, pompiers, remédiations en tout genre : trop tard, le mal est fait. Cette gamine a raté le coche et, en vertu de la loi des cycles, elle traîne son handicap année après année.

Elle me raconte ça, la petite, bien gentiment. Et moi, j'ai mal au coeur en pensant à cette fillette appliquée, consciencieuse qui, au lieu d'apprendre le code de la langue, qui n'est tout de même pas si sorcier, apprenait la place des mots sur les murs... Quel gâchis !

La cause des difficultés de cette élève remonte à 5 ans. La même cause produira les mêmes effets dans 5 ans, chez certains des enfants qui aujourd'hui "globalisent" en CP.