Lettre du site

RSS

texte normal  texte plus grand  texte beaucopu plus grand  envoyer ami

APPRENDRE A LIRE A LA MAISON - Sommaire

01/01/70

Préface

Répondre à une urgence 

Avant-Propos

I. APPRENDRE A LIRE PAR LA METHODE ALPHABETIQUE

Notre alphabet - La méthode alphabétique 

Les méthodes alphabétiques

Progression dans l'acquisition des correspondances graphèmes-phonèmes

Écriture

Syllabique

Phonétique

Gestuelle

Compréhension du sens des mots, des phrases, des textes

 Quel âge pour apprendre ? 

Pré-apprentissage 

L'intervention des parents

II. LE CHOIX D'UNE METHODE

Présentation de 11 méthodes ou manuels – Fiches synoptiques 

III. NOCIVITE DES METHODES A DEPART GLOBAL

Théorie et pratique des méthodes à départ global

Les principes de la pédagogie globale

Quelques caractéristiques du départ global

Les pratiques

Causes et conséquences

Conséquences sur le comportement des enfants et adolescents

Dyslexie et troubles plus graves

Les symptômes apparents de la dyslexie

Le départ global est cause de la fausse dyslexie

Des troubles plus graves 

Orthographe 

Comment se fait-il que cette situation perdure ? 

IV. AIDER L'ENFANT EN DIFFICULTE

Un drame en plusieurs actes et trois acteurs

Que faire ? 

Exercices de concentration (Vaille - Nuyts)

Lire et écrire sans peine (Marie Gourville)

V. POUR PREPARER LA PROCHAINE EDITION DE CE GUIDE

ANNEXES

Témoignages de parents

Documents

Extrait de « Lettre aux parents des futurs illettrés », Ghislaine Wettstein-Badour

« Doutes et propositions d'un rééducateur de l'Éducation Nationale»

(Extraits), Thierry Venot

Intervention de Colette Ouzilou à La Sorbonne, 1er février 2003

Savoir écrire, Liliane Lurçat

Lire au CP, Prévention de l'illettrisme (Extraits), Ministère de l'Éducation Nationale

Oct 2002 (Ferry), Commentaires de Gilbert Sibieude

 Glossaire

 Bibliographie sommaire

> retour présentation


Vos commentaires

4

12 >>

#4 Tomi

On a les deux très grands auteurs de méthodes de lecture, déjà mentionnés en début de ce fil :

 

- "Méthode Peigné" de Michel Auguste Peigné (1799-1869)

- "Méthode Cuissart" de Philippe Cuissart (1835-1896)

 

Pour une recherche sur le ouéb il vaut mieux ajouter "méthode" et le prénom complet pour "Michel Auguste Peigné".

Michel Auguste Peigné s'est aussi intéressé à l'instruction dans les prisons.

 

Ces deux auteurs de méthodes de lectures sont très intéressants et permettent d'aller vers des sites ouèb qui méritent d'être consultés. Il vaut mieux ajouter le prénom pour obtenir un résultat pertinent.

 

 

 

Tomi

#3 Tomi

ALLER DU SIMPLE ET DU SYSTEMATIQUE! AU MOINS SYSTEMATIQUE!

 

Port-Royal a systématisé la prononciation des consonnes en les faisant prononcer par leur son, suivi du e.

L'étude de la prononciation du nom des lettres, en parallèle, ne nuit pas à l'apprentissage de la lecture !

Les consonnes difficiles à prononcer seules sont les occlusives :

"p, t, c; b, d, g". Le nom de ces consonnes se prononce à l'aide d'un é après le son de la lettre. Avec Port-Royal, é est remplacé est par le "e". Le son de ces consonnes est difficile à prononcer seul. Néanmoins la méthode Montessori fait prononcer le son de ces consonnes sans l'aide d'une voyelle".

Une septième consonne a besoin du é pour son nom. C'est le "v". Par contre le son de cette septième consonne, v, peut se prononcer, facilement, seul.

Le f autre labio dentale est sourde. Comme le nom d'un certain nombre d'autres consonnes cette lettre a besoin du son voyelle è dans son nom. Le f et le v sont quelquefois confondus par les élèves car ce sont, toutes deux, des labio dentales.

 

La progression du Boscher mérite encore un peu d'attention:

 

Les voyelles courantes sont apprises dans cet ordre : i, u, o, e, é, è, ê. Le y est appris après.

Le "é" le "è" et le "ê" se prononcent toujours, et toujours de la même de la même façon. Le e accentué constitue un bon appui pour l'apprenti lecteur. Le e quant à lui fait souvent e comme dans "je me lave".

Il y a peu de mots ! qui commencent par un "e" qui se prononce e! sauf eh!!!!!!! variante du euh!!!!!!

 

 

Aprés l'apprentissage des voyelles, l'apprentissage des consonnes occlusives convient bien. Les occlusives sourdes claquent et pétent. Ce sont "p, t, c". Les gosses aiment bien leurs sons. PAN !

 

Les premières consonnes du Boscher sont dans l'ordre :

"p, t, r, n, m, l, c, d, v, s", b, f...".

 

Le p permet la prononciation d'un seul son ou phonème [p] qui ne peut être "codé" que par une seule graphie ou graphème "p" .

Le t se prononce le plus souvent que d'une seule manière, t dans "Ton thé t'a-t-il ôté ta toux" ou "patati patata" et non pas "addition, soustraction, multipication".

Le son ou graphème [t] ne peut être codé que par la lettre "t".

La troisième consonne, r, est rigoureusement comme le p sauf que son nom fait appel à "é" antérieur.

Les consonnes très employées n, m, l suivent. Le c avec la prononciation dans coco, cocorico, café, macaroni, sac vient ensuite.

 

On remarque que dans la méthode Boscher les six occlusives sont dans les douze premières consonnes apprises ainsi que le "v" [vé]. va, ve, vi, vo, vu, vé oblige !!!!!!!!

 

Cela est intéressant de s'appuyer sur plusieurs véritables méthodes et d'essayer de comprendre leur logique. Une véritable méthode va du simple au compliqué, et essaie de systématiser le plus possible. Pour cela on rencontre des démarches variées que j'essaie de décortiquer !

 

Le Apprendre à lire à la maison Guide des méthodes de lecture apporte déjà un bon nombre de conseils et la description de véritables méthodes éprouvées.

 

 

Le élèves de CP d'une classe d'un établissement public quand ils avaient à lire "bras" disaient : "be, re, a, [bra] ". La prononciation à la Port-Royal n'est pas obligatoire mais elle peut aider au départ, y compris la lecture de deux consonnes qui se suivent et qui se prononcent. Les élèves de CP étaient déjà assez débrouillés !

Une nouvelle édition pourrait ajouter un chapitre important sur la prononciation et Port-Royal.

 

Tomi

#2 Tomi

Les méthodes actuelles sont très nombreuses. C'était le cas au temps de François Guizot et Jules Ferry.

Vous pourrez le vérifier en faisant "méthode Peigné" et "méthode Cuissart" dans un moteur de recherche.

 

Procédé de PORT-ROYAL

Ce procédé, souvent repris" consiste à prendre le son d'une consonne étudiée et d'ajouter "e" après. C'est très utile surtout pour les 4 occlusives " p, b; d, t". Pour le nom de la lettre le "e" remplace le "é". De nombreuses syllabes simples sont constituées d'une consonne suivie d'une voyelle. Déjà pour le "p" on a "pé, pe". On peut passer au "pa, pe, pi, po, pu"

 

Le "c" est à étudier à part en n'insistant pas sur le nom de la lettre. On doit apprendre d'abord le son de "c" dans "coco, cocorico, café, cacao, cabane..." Les programmes actuels du primaire le demandent de façon explicite. Ceci connu, l'autre son de "c", celui devant "e, i" est proposé. Il reste à apprendre le "c" cédille "ç" devant "a, o, u" qui se prononce "s". Il n'est pas forcément inutile de rappeler que la cédille est un des 5 signes diacritiques du français avec les 3 accents et le tréma.

Le "c" doit être appris en plusieurs fois. Le "g" présente la même difficulté et doit être appris aussi en plusieurs fois avec des exemples comme "gag, rage...garage".

Après les 6 occlusives, sourdes ou sonores, qui demandent "le son é" pour leurs noms, on a encore une consonne qui est le "v", une lettre labio dentale, sonore. Le nom de la consonne labio dentale correspondante, en sourde, "f" nécessite le son "è" . La consonne "f" diffère des consonnes "p, t, c".

 

On peut prononcer, facilement, le son pur, le bruit exact dans une syllabe, des consonnes autres que les occlusives.

Je rappelle que la méthode Montessori fait prononcer le bruit exact des 6 occlusives, seul. Ce n'est pas très facile. Essayez : "p, t, c; b, d, g". Dans certains cas cela peut aider un apprenti lecteur à bien entendre une consonne. Après vous pouvez prononcer "pa, pe, pi, po, pu..." "patati patata" ! bip ! cabane !..."

 

Les exercices d'écoute et de prononciation pour des enfants, que ce soit en famille jusqu'à 3 ans, puis aussi en PS et MS de maternelle sont très importants !

 

Un enfant de 3 ans dit par exemple "pote" pour "porte", ou "crain" pour "train"... Il faut prononcer ces mots avec sa mauvaise prononciation puis lui donner la bonne prononciation en lui disant que c'est la bonne.

Plus tard quand l'apprentissage de la lecture commence, l'apprenti lecteur aura souvent des difficultés avec deux consonnes qui se suivent "rt, cr" "bl, br...".

 

Il ne faut jamais oublier qu'avant d'apprendre à lire un enfant est déjà "speaker" dès sa naissance !

 

Si un élève sait lire au cours du CP, comme cela devrait être le cas pour tous, il pourra apprendre "le pourcentage".

Dans les années 1960 en plus des problèmes de train qui se croisent et des baignoires qui se vident, il y avait des problèmes où un commerçant achetait des objets et avait des frais. Il fallait calculer le bénéfice. Il pouvait y avoir comme frais un emprunt et un intérêt à payer. Il était expliqué aux élèves que seul l'intérêt était une charge qu'il fallait calculer et ajouter aux autres charges. La somme empruntée et l'intérêt était des données.

 

Les intérêts composés n'étaient pas au programme !

 

[Aparté : Une approche devrait être donnée aux élèves du collège qui peuvent comprendre, vu la dette de la France et ce qu'ils devront rembourser comme principal et intérêts composés ( Quand les intérêts ne sont même pas payés ) ! Pour les élèves du collège qui savent lire on peut leur expliquer ce qu'est un intérêt composé sans pour autant leur faire calculer dans des cas concrets car ce type de calcul qui fait intervenir les suites géométriques n'est pas au programme du collège.]

 

POUR REVENIR A LA LECTURE :

Cette semaine une "mamoune attentive" m'a expliqué que sa petite fille de MS de maternelle avait à l'école, sur son porte manteau, une étiquette avec son prénom en capitales et en cursives, en plus de sa photo. En MS les élèves doivent reconnaître leurs prénoms en cursives et savoir l'écrire en capitales. C'est important que des élève très jeunes voient de l'écriture cursive et la comparent avec de l'écriture en capitales et cela dès 3 ans. On peut leur expliquer qu'on a des petites lettres écrites, à boucles, et des grandes lettres, des capitales.

Certains élèves qui savent écrire en capitales refusent de se mettre à l'écriture cursive puisqu'ils savent déjà écrire dans l'écriture en capitales. Des professeurs des écoles laissaient faire, ce qui ne doit plus être le cas s'ils suivent les programmes actuels du primaire.

 

En appliquant les programmes actuels du primaire le niveau général pourrait remonter, des économies faites. On pourrait aussi avoir de véritables économistes, sérieux, réalistes.

 

Une amélioration de l'apprentissage de la lecture n'a que des avantages ! Cela permettrait aussi de revoir une législation obsolète dans bien des domaines !

 

La syntaxe de nos 577 députés (le maximum autorisé par la constitution) est correcte , même celle des battus Meirieu et Lang. La forme se maintient, encore, à défaut du fond! Le café pédagogique SIC ! fait moins recette !

Nos députés devraient veiller au maintien d'une syntaxe correcte pour tous ! A l'entrée en sixième ! Ils devraient y parvenir dans la mesure où leur propre syntaxe est correcte! Ce serait une attitude juste !

 

Les réflexions de Port-Royal, de Michel Auguste Peigné, de Philippe Eugène Cuissart...aboutissent à des livres d'apprentissage de la lecture comme le Boscher et le sami et julie si on n'en retient que deux. Ces deux méthodes sont alphabétiques, syllabiques, progressives, et donc véritablement méthodiques. En plus elles sont économiques et facilement utilisables pour des particuliers.

 

Les méthodes préconisées par lire-écrire sont des méthodes de bon sens ce qui n'est pas forcément ce qu'il y a de plus partagé à notre époque.

 

Un élève qui lit "soucoupe" saura prononcer ce mot et saura ce que sait. Un élève qui lit "touloupe" saura lire aussi ce mot et le prononcer. Les méthodes de lire-ecrire forment bien l'intelligence, et l'élève demandera ce que signifie "touloupe".

 

A NOTER

Un élève de CP qui sait lire mérite un dictionnaire. Je recommande le Larousse Junior pour les 4 classes du primaire CE1 à CM2. En sixième un élève peut compulser directement le Petit Larousse. Je signale que le Petit Larousse sort début juillet, comme le Petit Robert. Cela fait toujours son effet quand on offre l'année n un dictionnaire de l'année n+1 .

 

Tomi

4

12 >>

Publier un commentaire

Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour publier votre commentaire