Lettre du site

RSS

Derniers commentaires:

29/04/2013 de Voyer

Ah, que c'est bon ! Un texte qui ne tombe pas...

12/11/2012 de kafi

j'ai envie de dire, que la lecture régressé...

10/09/2012 de Tomi

IMPORTANT PROGRAMMES 2008   L'adresse web...

03/09/2012 de Tomi

Pour obtenir les programmes de 2008 du primaire :...

03/09/2012 de Tomi

Un moyen pour obtenir les programmes de 2008 du...

texte normal  texte plus grand  texte beaucopu plus grand  envoyer ami

Le puzzle de l'intégration

Les pièces qui vous manquent

 

Malika SOREL - Editions Mille et une nuits - 2007

 Contrairement à nos habitudes, nous présentons ici un ouvrage politique, au meilleur sens du terme. L'auteur, d'origine marocaine, a demandé la nationalité française à 30 ans. Elle sait de quoi elle parle, et développe une argumentation serrée, sans oublier aucune pièce du puzzle.
C'est parce qu'il y est beaucoup question des jeunes que nous commentons ici cet ouvrage.

 

L'intégration

Malika Sorel décrit les difficultés d'intégration, non pas des nouveaux immigrants, mais de leurs enfants et petits-enfants ; difficultés étonnantes pour nous, puisque ce sont des Français, et spécialement de jeunes Français, qui affectent de rejeter la France. Ce phénomène se produit dans tous les pays occidentaux, et même au Canada, qui pratique une politique d'immigration "choisie".

 

Le puzzle

Les politiques et les leaders d'opinion cherchent aux difficultés une cause simple, qu'un seul principe simple suffirait à traiter. Malika Sorel nous montre qu'une situation extrêmement complexe appelle un ensemble de mesures complémentaires.

L'un des principes qui fait actuellement débat en France est celui de la discrimination positive en faveur des minorités, qui, comme le remarque l'auteur, est une discrimination négative à l'égard de la majorité. L'adoption de ce principe renforcerait le communautarisme, et conduirait à la reconnaissance juridique des communautés. Beaucoup aux Etats-Unis, y compris dans les minorités, voudraient revenir en arrière, mais ils n'y parviennent pas, du fait des avantages acquis par certains.

Dans l'enseignement, les américains ont facilité pour les minorités l'accès aux études supérieures et aux diplômes. Dans les faits, c'est un inconvénient pour les meilleurs éléments des minorités, qui se trouvent nantis de diplômes dévalués aux yeux des employeurs. Chez nous, une mesure analogue vient d'être adoptée par Sciences-po.

Malika Sorel demande – comme nous le faisons – que les enfants et les adolescents défavorisés de fait, ce qui inclut d'ailleurs des Français de souche, reçoivent une aide massive afin que, moyennant les efforts nécessaires, ils puissent accéder sans artifice à la même réussite que les autres. Elle ne dissimule pas que les efforts nécessaires sont beaucoup plus importants pour eux que pour les Français moyens.

En particulier, elle réclame, comme nous, un effort important dès la maternelle et retour, dans le primaire et le secondaire, à l'enseignement explicite et systématique du français, de la littérature, des mathématiques, au rebours de tout ce qui a été fait depuis des décennies, et particulièrement depuis 1989.


Intégration ou insertion ?

L'intégration, conforme aux principes français et républicains, devrait, d'après l'auteur, procéder du choix délibéré, et mûrement réfléchi, d'une nouvelle patrie. Pour les immigrés et leurs descendants immédiats, ce devrait être par excellence un choix d'adulte.

Intégrer d'office selon le droit du sol impose un choix que beaucoup récusent : ils se disent "Français de papier"  (et pour les avantages attachés aux papiers) tout en rêvant à une patrie imaginaire qui n'est pas celle que leurs parents et grands-parents ont quittée.

Malika Sorel propose donc d'abandonner le droit du sol. Mais elle reconnaît à la France le droit d'imposer aux étrangers qu'elle héberge un devoir d'insertion, c'est-à-dire le devoir d'apprendre les lois et coutumes, et de s'y conformer dans leurs rapports avec les citoyens français.

Le communautarisme est un frein à l'insertion, car il isole de la majorité, et maintient des règles et des coutumes propres, en fait discriminantes. Les grandes idées généreuses que certains voudraient institutionnaliser : le droit à la différence, la discrimination positive, ont trop souvent pour effet de culpabiliser les français de souche et de victimiser les autres, substituant ainsi des sentiments subjectifs à l'acceptation des réalités en France et dans les pays d'origine, réalités que Malika Sorel décrit parfaitement. Tout cela aggrave les problèmes au lieu de les résoudre.


Pour nous, qui militons pour la refondation de l'école, nous retenons parmi les pièces du puzzle l'impératif de restaurer, aux yeux des élèves et de leurs parents, l'autorité du savoir et le respect de l'école.

 

Vos commentaires