Lettre du site

RSS

texte normal  texte plus grand  texte beaucopu plus grand  envoyer ami

Dyslexie, une vraie-fausse épidémie (nouvelle édition)

Colette Ouzillou, Dyslexie, une vrai fausse épidémie, couverture

Colette OUZILOU  Ed. Presses de la Renaissance 2010 

Nouvelle édition, revue et augmentée, d'un ouvrage fondamental paru en 2001, que nous avons en son temps commenté (texte toujours consultable dans cette même rubrique).

Le titre, un peu énigmatique, signifie seulement qu'il est question d'une vraie épidémie de fausse dyslexie, la vraie dyslexie étant une affection assez rare qui entrave la lecture, à des degrés variables selon la gravité des cas.

L'épidémie de fausse dyslexie s'est développée depuis 40 ans, au rythme des innovations pédagogiques délirantes en matière d'apprentissage de la lecture. Et ce n'est pas fini. L'auteur constate que le nombre de faux dyslexiques continue à augmenter.

En effet, il y a toujours des maîtres et des maîtresses persuadés que la dyslexie explique une large part des échecs alors que ceux-ci sont, selon l'auteur, directement imputables aux pédagogies prétendument scientifiques qu'ils utilisent. En septembre 2010, il y a toujours des parents à qui l'on explique, quelques jours après la rentrée au CP, que leur enfant est dyslexique alors même qu'un tel diagnostic exige des examens poussés et prolongés au contact de la lecture.

On pourrait se demander si Colette Ouzilou n'exagère pas, tandis qu'un certain nombre d'instituteurs raccourcissent ces derniers temps la période de départ global pour passer plus vite au "syllabique". Mais le départ global, même court, reste nocif pour certains enfants, et le "syllabique", nouveau concept lancé par les pédagogistes en réaction à l'alphabétique promue par le Ministre à la rentrée 2006 – lire la rentrée de la désinformation – est un pavillon qui couvre toutes sortes de marchandises.

En analysant les mécanismes de l'apprentissage de la lecture, en présentant de nombreux exemples de cas, de la maternelle à l'école primaire et au-delà, Colette Ouzilou permet de comprendre les effets de différentes approches pédagogiques, et la persistance de ces effets à l'adolescence et à l'âge adulte. L'auteur décrit des méthodes actuellement utilisées dans les classes, qui continuent donc leur oeuvre néfaste.

Car l'écriture et la lecture ne sont pas, comme la parole, des activités naturelles. Elles doivent être apprises, et les modes d'apprentissage conditionnent le fonctionnement cérébral de façon durable.

Un apprentissage rigoureux crée de bonnes connexions entre les neurones ; un enseignement défectueux laisse des séquelles durables.

Une épidémie de dyslexies fabriquées, une dysorthographie galopante, que nous faut-il de plus pour enfin réagir et renoncer à toutes ces méthodes qui n'ont jamais été évaluées sérieusement, et encore moins avant d'être lancées sur la marché ? Il ne suffit pas d'avoir une idée pour qu'elle soit bonne, et les conséquences des fausses-bonnes idées peuvent être terribles, surtout en matière de pédagogie.

Peut-être que si les parents lisaient Colette Ouzilou, ils prendraient enfin le destin de leurs enfants en main, plutôt que de rester passif à les regarder devenir dyslexiques.


Vos commentaires

3

1

#3 Spinoza1670 homepage

Colette Ouzilou : j'ai rassemblé de nombreux textes sur le sujet de la fausse dyslexie et de la vrai dyslexie sur la page : ecolereferences.blogspot.com/2011/07/vraie-dyslexie-et-fausse-dyslexie.html

#2 Valette

Je peux entrer en contact avec vous. Mon adresse-mail est amvalette@wanadoo.fr.

Anne-Marie Valette.

#1 Un enseignant

e suis professeur de français au collège ; je souhaiterais entrer en contact, si cela est possible, avec Colette Ouzilou. Je constate tous les jours les fausses-vraies dyslexies dont elle parle : cela concerne au bas mot 25 % de mes collégiens, à Villeneuve-la-Garenne, l'année dernière comme à Châtenay-Malabry cette année. C'est grâce à son ouvrage "Dyslexie, une vraie-fausse épidémie" que j'ai pris pleinement conscience du problème et que j'ai pu détecter mes élèves dysorthographiques. J'aurais voulu lui transmettre le dossier que j'ai rédigé à ce sujet dans le but de mettre en place des ateliers de remise à niveau...

3

1