Lettre du site

RSS

texte normal  texte plus grand  texte beaucopu plus grand  envoyer ami

APPRENDRE A LIRE A LA MAISON - GUIDE DES METHODES DE LECTURE

Le titre de notre ouvrage n'est pas une déclaration d'indépendance à l'égard de l'école, et encore moins une déclaration de guerre !
C'est d'abord l'application du principe de précaution, selon le conseil de Marc Le Bris (Et vos enfants ne sauront ni lire ... ni compter) : "J'écris ce livre pour alarmer les parents, pour qu'ils fassent le travail de l'école à la maison."

 

Lorsque, comme nous l'espérons, toutes les écoles auront abandonné les méthodes non syllabiques, il restera toujours utile que les parents collaborent, à la maison, avec les maîtres. Cela nous renvoie bien des années en arrière, à l'époque où un Inspecteur préfaçait le Boscher : "... l'un des syllabaires qui permettent le mieux la collaboration de la famille et de l'école pour l'apprentissage de la lecture."

C'est dans l'enseignement de la lecture, de l'écriture et du calcul que tout se joue. C'est là que se trouve la cause de la plupart des échecs scolaires.

Les parents ont non seulement le droit mais le devoir d'intervenir en substitution de l'école quand elle ne remplit plus sa mission. C'est pour eux que ce guide a été réalisé. S'ils veulent s'assurer que leur enfant saura lire. Le principe de précaution exige qu'ils s'investissent dans cette « grande affaire » qu'est l'apprentissage de la lecture, comme le rappelle Jacqueline de Romilly dans la préface. 

PREFACE  de  Jacqueline de Romilly

Je n'ai jamais enseigné la lecture à de jeunes enfants ; et je ne suis même pas au courant de beaucoup des renseignements donnés dans ce livre ; mais je sais, ayant enseigné dans toutes les classes qui suivaient, l'extraordinaire importance qu'a cet enseignement pour toute la suite des études et de la vie.

Que la lecture, bien maîtrisée, soit la clé de tout savoir est une évidence qu'il est inutile de rappeler. Toutes les connaissances nous viennent par les livres ou les diverses façons de reproduire un texte par écrit ; tous les rêves de l'humanité, qui nous accompagneront dans la suite, sont inscrits dans les livres et se communiquent essentiellement par la lecture. Qui plus est, la lecture est le seul vrai moyen de communication ; à côté des livres, elle sert à transmettre toutes les instructions, les explications, les prises de partie, comme toutes les impressions et les sentiments de ceux qui nous sont chers et ne sont pas près de nous.

Or je sais par expérience les inconvénients qui s'attachent à une maîtrise imparfaite de la lecture. Ayant enseigné dans toutes les classes de l'enseignement secondaire ou de l'enseignement supérieur, j'ai pu constater que ceux qui n'ont pas acquis cette maîtrise s'en ressentent à jamais ; ici, c'est une hésitation pendant laquelle on perd le fil, ou bien c'est un mot sauté, que l'on a mal lu, ou bien un effort de l'attention occupée à la lecture sans aller jusqu'au bout et saisir vraiment le sens du texte que l'on a sous les yeux. L'effort d'aller jusqu'à cette compréhension du sens doit accompagner chaque petit exercice et s'épanouir ensuite dans une lecture aisée, dont on n'a plus à s'occuper tant elle est devenue naturelle. Celui qui ânonne et titube dans la lecture des textes, quels qu'ils soient, ne pourra jamais vraiment profiter de ce qui lui est communiqué et doit enrichir son esprit.

La méthode par laquelle on apprend à lire est donc importante. Et je ne saurais trop insister sur l'intérêt, à mes yeux vital, qu'il y a à employer une méthode dite syllabique ou alphabétique ou phonétique, c'est-à-dire se fondant sur des petits principes clairs et des expériences raisonnées. Il faut comprendre la méthode par laquelle on passe de l'écrit à l'oral et de l'oral au sens ; il faut procéder de façon la plus progressive et logique. De la sorte, ce que l'on aura appris pour une langue pourra servir ensuite pour une autre et permettre de s'adapter aux études ultérieures. De plus, ces petits exercices seront déjà un entraînement à la formation de l'esprit ; ils créeront l'habitude de comprendre et de progresser. Par là, ils contribueront, autant que les lectures elles-mêmes, qui en seront le résultat, à cette progression de l'esprit, qui est déjà comme un premier signe de liberté intellectuelle.

Que les parents aient un rôle à jouer dans cet apprentissage est certain. Les professeurs font ce qu'ils peuvent, beaucoup font très bien, et je n'aimerais pas encourager des critiques à l'égard des professeurs. Mais pour ces premiers efforts et ces premières découvertes, il est indispensable que les parents aident et collaborent. C'est une grande affaire que de découvrir les premiers éléments de ce qui vous ouvrira un pareil royaume. Et je me rappelle avec émotion, lorsque j'étais tout enfant, et avant d'entrer au lycée, ces moments où, chez moi, dans le voisinage de ma mère, j'apprenais à lire ; j'allais dire « j'apprenais à lire toute seule », mais elle était là, me répondait, me guidait. Je me revois assise par terre, avec des lettres, émerveillée des combinaisons que j'arrivais à dominer et toute fière de comprendre le principe - même si j'ignorais alors que la lecture remplirait toutes les heures de ma vie et serait la source de tant de joies - jusqu'au jour où, hélas, la vue me serait retirée. C'est le cas à présent et je n'en mesure que mieux l'importance et le prix de ce que j'ai ainsi appris.

Jacqueline de ROMILLY
de l'Académie française.
Août 2005

Vers le haut


Vos commentaires

21

1234567 >>

#21 Tomi

IMPORTANT PROGRAMMES 2008

 

L'adresse web du post précédent, du 3/09/2012

" www.formapex.com/........." permet de compulser les programmes du primaire.

 

On a en page de couverture rouge bien mentionné que ces programmes font 40 pages. Ces programmes sont paginés ce qui permet de bien s'y retrouver. Une version papier était en vente pour une somme modique au CNDP 13 rue Dufour à Paris.

Ces programmes peuvent être imprimés en entier. Le choix de se limiter aux pages qui intéressent se fait facilement !

 

CES PROGRAMMES CONTIENNENT

 

- 1) Les programmes des 3 classes de maternelle.

 

Pour la Petite Section et la Moyenne Section on trouve beaucoup d'incantations sur "la découverte de l'écrit". Pour moi, la découverte de l'écrit se fait de façon naturelle quand, par exemple, un gamin de 3 ans voit sa grnd-mère écrire ses courses et qu'il est emmené faire les dites courses avec sa grand-mère le samedi quand sa mère travaille. Un gamin bien éveillé fait des rappels sur ce qu'il ne faut pas oublier !!!!

Il est bien évident que des enfants dont les parents parlent mal le français et ne savent pas prononcer l'alphabet doivent bénéficier à l'école ce dont ils ne bénéficient pas à la maison, notamment l'apprentissage de l'alphabet dès la PS et la MS, par divers moyens dont, par exemple, l'écoute de l'alphabet de Mozart.

On trouve en vente les lettres Montessori en cursives. Elles sont en relief et sont conseillées à des enfants de 3 ans à 6 ans. On a les 26 lettres de l'alphabet qui ne doivent pas être données toutes en même temps.

 

2)- LES PROGRAMMES DU PRIMAIRE DE 2008

Les programmes proprement dits du Primaire, à savoir les 5 classes :

CP, CE1, CE2, CM1, CM2. Ces programmes de 2008 dus à Xavier Darcos sont concis et lisibles !!!!!

Sur le Ouéb on trouve quantité de "commentaires", mais difficilement les programmes proprement dits qui tiennent dans un fascicule de 40 pages.

L'Ecole Primaire est souvent appelée Ecole élémentaire. Les 5 classes de l'Ecole primaire (dite encore Ecole élémentaire) constituent le Premier cycle composé donc, du Cours Préparatoire , des 2 classes du Cours Elementaire CE1 CE2, des deux classes du Cours Moyen CM1, CM2.

Autrefois il existait un cours supérieur qui permettait d'obtenir le fameux "CERTIF".

Je pense qu'il vaut mieux employé l' expression "Ecole Primaire" qu"Ecole élémentaire". L' expression Ecole élémentaire peut désigner les 5 classes du Premier cycle dont le CE1 et le CE2, ou les deux classes de l'école élémentaire CE1 et CE2.

 

J'ai pu lire que le redoublement, quand il était estimé nécessaire par un professeur s'effectuait en général à la fin des cycles, donc à la fin du CE2 ou la fin du CM2.

 

Maintenant la GS fait parie du cycle des 3 classes de maternelle et d'un nouveau cycle celui des "apprentissages fondamentaux".

 

En fait les professeurs de GS et CP devraient se concerter un peu plus. Les programmes du Primaire de 2008 concernent aussi la GS. Cela parait logique. Des élèves de GS qui ont tous 5 ans doivent commencer à apprendre à écrire en lettres cursives. A 4 ans certains enfants peuvent ne pas y arriver, mais pas à 5 ans.

 

Les lettres Montessori à repasser avec le doigt conviennent très bien à des enfants de 4 ans. Les programmes de 5008 demandent qu'un élève de MS sache reconnaître son prénom en écriture cursive. Les lettres Montessori correspondant à son prénom peuvent lui être données ainsi que quelques autres courantes qui ne sont pas dans son prénom.

 

Je pense qu'un élève de PS qui apprends à reconnaître son prénom en capitales devrait l'apprendre aussi en cursives et qu'il faut lui épeler son prénom. Je pense aussi qu'il faut lui parler de petites lettres avec boucles,"les cursives", et de grandes lettres "les capitales " pour qu'il sache qu'il devra apprendre à écrire en lettres cursives. Il faut donner de beaux modèles de lettres simples, et de mots, en cursives, dès le plus jeune âge.

 

Un Babar et un Caroline (ou des livres équivalents) devraient être donnés à tout enfant de 3 ans. Les dessins ainsi que les scénarios sont bien. L'humour n'est pas absent !!!!

Les enfants peuvent "lire les images". Un adulte peut commenter les histoires. Souvent les enfants aiment ensuite "lire" les images.

Le prénom Caroline et le nom de l'éléphant "Babar" sont constitués de syllabes faciles !!!!

Tout pour plaire !

 

 

 

SE SOUVENIR : Pour les PROGRAMMES DU PRIMAIRE (ou premier cycle)

 

Vous pouvez compulser les programmes du Primaire de 2008, et photocopier les pages qui vous intéressent.

Le rapport complet avec les 2 pages de garde fait 40 pages en tout.

 

Ces rappels me parassent utile si on veut parler en connaissance de cause des programmes du Primaire.

 

On peut les archiver sur un ordinateur.

 

ALLER SUR LE POST PRECEDENT DU 3 SEPTEMBRE 2012.

 

Liliane Lurçat, Jacqueline de Romilly, Michel Delord...ont contribué fortement, au moins indirectement, à l'élaboration de ces programmes de 2008. La connaissance de leurs contenus est primordiale.

 

Il faut les lire in extenso ! A PARTIR DU POST PRECEDENT !

Ils sont pratiques et lisibles. On peut exclure une bonne partie des incantations abstraites qui concernent la PS et la MS. On dirait du Philippe Meirieu !

 

Tomi

#20 Tomi

Pour obtenir les programmes de 2008 du primaire : 5 classes de l'école élémentaire et les 3 classes de maternelle vous pouvez normalement faire cet autre copier coller dans la fenêtre de votre fournisseur d'accès, ou même cliquer directement dessus si le lien est activé :

 

www.formapex.com/telechargementpublic/textesofficiels/2008_1.pdf

 

 

Tomi

#19 Tomi

Un moyen pour obtenir les programmes de 2008 du primaire est de faire un copier coller de :

 

ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/bo/2008/hs3/hs3.pdf

 

dans la fenêtre d'un fournisseur d'accès . Vous aurez les 40 pages des programmes qui concernent les 5 classes du primaire et les 3 classes de maternelle. Vous porrez parler en connaissance de cause !

 

 

Tomi

21

1234567 >>