Lettre du site

RSS

Derniers commentaires:

23/05/2013 de BATIONO Safiatou

je veux apprendre a lire et à écrire a ma fille...

16/04/2013 de Collobert

Bonjour Ma fille est actuellement en grande...

26/03/2013 de Tomi

Ghislaine Wettstein-Badour explique que certains...

26/03/2013 de aboubacar lafleur

Ma niece ne retien pas se que je lui...

26/03/2013 de tomi

Adresse où on peut suivre l'émission de Danièle...

texte normal  texte plus grand  texte beaucopu plus grand  envoyer ami

 COMPTER  et  CALCULER  (Primaire)

 

En matière de numération et de calcul, les programmes de juin 2008 reviennent à des principes raisonnables et dont l'efficacité est prouvée pour apprendre à compter :

- enseignement explicite : à tout moment les élèves savent ce qu'ils sont en train d'apprendre car le maître annonce quel savoir il transmet
- enseignement progressif et répétitif : une chose après l'autre, en allant toujours du simple au complexe
- acquisition d'automatismes, de bases connues "par cœur", en particulier les tables de multiplication
- entrainement constant en calcul mental

   

Quels conseils pouvons-nous donner aux parents ?

Etre attentifs, et repérer sans tarder les difficultés. Réagir par eux-mêmes ou en se faisant aider.

Attentifs.

 De même qu'en lecture il est facile de constater qu'un enfant ne sait pas déchiffrer, qu'il récite par cœur au lieu de lire, ou qu'il cherche à deviner les mots, en calcul il est facile de constater qu'un enfant ne sait pas analyser une question même très simple, et qu'il ne sait pas raisonner logiquement, qu'il ne dispose pas des connaissances élémentaires pour y répondre.

Par exemple :
 - être incapable de répondre instantanément à des questions élémentaires telles que 7 fois 8  ou  56 divisé par 7 ;
 - "essayer" successivement plusieurs réponses dans l'espoir de trouver la bonne ;
 - après un calcul (à la calculette par exemple), pour donner la signification concrète du résultat (tant d'heures, ou de mètres, ou de litres), essayer au hasard les différentes unités  figurant dans la question  ;
 - avant un calcul, choisir un peu au hasard l'opération à faire, sans raisonnement préalable.

(Exemples à adapter selon la classe de l'enfant)


Intervenir

soi-même ou en se faisant aider.

Si l'enfant se trouve dans la situation qui vient d'être décrite, c'est que l'école n'applique pas les programmes 2008, ou que le mal était déjà fait. Cela peut avoir des conséquences graves. Il faut donc intervenir. Entre autres :


 - appliquer la numération et le calcul à des objets concrets : des billes, des bonbons, des poids, etc… pour dénombrer, additionner, soustraire, partager ;
 - habituer l'enfant à bien comprendre la question, à savoir ce qu'il va chercher ;
 - dès que possible, l'habituer à écrire les différentes étapes du raisonnement et des calculs ;
 - l'entraîner aux automatismes et au calcul mental.

 

Si, dans le cours de l'enseignement primaire, on constate un grave retard d'un enfant, que ce soit dans les calculs posés, dans le calcul mental ou dans le raisonnement,

il faut repartir à zéro, au système décimal, aux opérations sur les nombres entiers, même si cela n'a rien à voir avec le programme de la classe dans laquelle se trouve l'élève.

 

Le même conseil est valable pour des élèves du collège en fort retard, c'est-à-dire souvent en retard par rapport à ce qu'ils auraient dû apprendre dans le primaire : il faut repartir à zéro, au système décimal, aux opérations posées portant sur des nombres entiers, au raisonnement logique explicité par écrit ou à haute voix.

 

Pour un complément d'information

-  Un texte simple du mathématicien Laurent Lafforgue qui fixe clairement les objectifs :  le calcul à l'école primaire

-  Les bases élémentaires de l'arithmétique

-  Parents : enseigner les tables de multiplications, pourquoi et comment ?

  

Vos commentaires