Site www.lire-ecrire.org - version imprimable de la page "Repères pour l'école"
Titre: Repères pour l'école
Source: Association Lire-Ecrire

Illettrisme: maladie incurable ou mauvaises pratiques éducatives ?

Cahier N°1
Repères pour l'école, cahier N°1

Ce premier cahier de Repères pour l’école fait écho à la campagne de Lire-Écrire lancée en 2002, en faveur de méthodes alphabétiques d’enseignement de la lecture et de l’écriture.

Le lecteur français constatera que les méthodes d’inspiration globale ont fait des ravages aux USA depuis plus d’un siècle avant de se développer chez nous. Les promoteurs de ces méthodes en France ne sont que des suiveurs qui ont logiquement obtenu les mêmes résultats : une flambée d’illettrisme telle que personne ne pouvait l’imaginer.

Le parallèle avec ce qui se passe en France est frappant.

Aux États-Unis, malgré une opposition puissante et organisée en de multiples fondations depuis la découverte de cette imposture dans les années 50, malgré des études comparatives poussées comme il n’y en a jamais eu en France, les partisans du départ global résistent, car leurs convictions ne découlent pas de la pratique, mais de l’adhésion à une philosophie qui sacrifie l’intérêt des personnes à des considérations mercantiles, sociétales ou politiques.

Chez nous, les promoteurs d’un retour au bon sens, dont nous sommes, n’ont pas les moyens de la NRRF (Fondation nationale pour le droit de lire). Les méthodes de lecture à départ global continuent leurs ravages dans les écoles, et cela dès la maternelle.

La lecture de ce cahier vous convaincra, s’il en était besoin, que la liberté pédagogique ne peut être absolue : n’y a-t-il pas complicité à tolérer des pratiques qui engendrent tant de troubles d’apprentissage et d’illettrisme ? Question à poser aussi bien à nos gouvernants, qu’aux cadres de l’éducation nationale, aux formateurs des IUFM, aux éditeurs scolaires, à certains orthophonistes, et à tant d’autres corps de métier, institutions ou personnalités qui ferment les yeux sur ce véritable scandale, quand ils n’en vivent pas.

Frédéric Prat, directeur de Lire Écrire