Lettre du site

RSS

Derniers commentaires:

30/04/2013 de hemon

Votre commentaire tour simplement merci pour ce...

30/04/2013 de Parésy

Ce qu'il ne faudrait pas faire ...

06/03/2013 de tomi

La méthode Boscher ( et mamadou et bineta,...

06/02/2009 de API59223

Nous sommes parents d’enfants scolarisés dans...

02/10/2008 de FPleo

De didi, en réaction à cet article (site Veille...

texte normal  texte plus grand  texte beaucopu plus grand  envoyer ami

Instruire aujourd'hui à l'école primaire (suite)

Résumé des exposés des Journées Trans-Maître

Français

 

 .  Méthode CUISSART (1911) "Enseignement pratique de la lecture, de l'écriture, de l'orthographe et du dessin", présentée par Elisabeth Spiering remplaçant Jean-Pierre Picandet, empêché. Cette méthode associe étroitement la prononciation ; chaque leçon comporte une révision de ce qui a été fait et l'ajout d'un petit élément nouveau.


Méthode Jeannot pour enfants en grande difficulté (et pour les autres) présentée en action par Isabelle Staffalo, institutrice.
Cette méthode fait une large place aux gestes et aux mouvements. Certains gestes sont statiques, pour représenter par exemple les lettres. Beaucoup de mouvements rythmés, y compris pour apprendre à écrire. L'enfant doit "faire et dire en même temps". Les gestes et mouvements, d'abord individuels, sont refaits collectivement et en musique.


La Planète des Alphas est présentée par Valérie Blanc, institutrice, qui la pratique en CP.
Cette méthode s'appuie sur des cassettes associant sons et images. Le support est "la légende des alphas", petits personnages dont les aventures familiarisent les enfants avec le code alphabétique et la combinatoire.
Valérie Blanc présente les avantages et les difficultés de la méthode, qu'elle pense bien adaptée aux grandes sections de maternelle.


"Ecrire à l'école" par Brigitte Guigui, institutrice.
Aujourd'hui, l'école a perdu l'usage de l'écriture, au profit de la photocopie, des fiches et fichiers. Les élèves n'écrivent plus que des bribes de textes.
Il faut au contraire laisser aux élèves le temps d'écrire des phrases complètes, quotidiennement et dans toutes les matières. "L'écriture est un exercice conscient nécessaire à la formation de l'esprit".


La lecture du CP au CM par Françoise Candelier, institutrice.
Depuis des années, on a voulu écarter de l'instruction des enfants la littérature classique au profit de la littérature de jeunesse actuelle. Françoise Candelier en montre quelques exemples, modèles de laideur, de provocation et de démolition de notre patrimoine culturel.
Elle veut et pratique elle-même le retour aux grandes œuvres classiques, qui, sans occulter les aspects difficiles ou douloureux de l'existence, sont recevables parce que bien écrites et de valeur positive. Ces oeuvres aident les enfants à observer, à comprendre le monde, elles leur offrent des modèles à admirer, elles participent à leur éducation.
La progression  depuis la lecture par la maîtresse jusqu'à la lecture autonome, doit permettre aux élèves de connaître une grande diversité d'œuvres, abordées par des textes assez courts


Conjugaison, modes et temps des verbes. L'évolution des programmes depuis des décennies est à l'appauvrissement des savoirs, en grammaire comme dans les autres matières. Des temps et des modes ne sont plus enseignés.
Brigitte Lansalot, institutrice, demande au contraire que, durant leur passage dans le primaire, les élèves acquièrent la maîtrise de tous les temps et modes, qui correspondent à une logique structurant la pensée. Elle veut qu'à la maternelle, les enfants commencent à employer le temps dans le langage parlé. A partir du CE1, ils doivent découvrir l'existence des temps, non plus les uns après les autres, mais tous ensemble car ce n'est qu'ainsi qu'on peut approfondir leur raison d'être.
Brigitte Lansalot donne des exemples d'exercices, basés sur des phrases ou de petits textes bien construits, qui permettent aux enfants d'assimiler la signification des temps et des modes.


Névine Marchiset, libraire, reprend et appuie les propos de Brigitte Lansalot. Puis elle élargit son propos à l"Ecole du temps perdu". Au sens propre, temps perdu par les élèves qui souvent ont l'impression de ne rien apprendre. Mais aussi, conviction que l'école a perdu le sens du temps, de son écoulement du passé au futur. L'école vit elle-même et, plus grave, fait vivre ses élèves dans un présent indéfini et perpétuel.
Névine Marchiset en montre les symptômes et met en évidence les causes de cette maladie mortelle. Elle conclut qu'il faut dans l'enseignement "réhabiliter le temps".

Lire la fin : Mathématiques