Lettre du site

RSS

Derniers commentaires:

30/04/2013 de hemon

Votre commentaire tour simplement merci pour ce...

30/04/2013 de Parésy

Ce qu'il ne faudrait pas faire ...

06/03/2013 de tomi

La méthode Boscher ( et mamadou et bineta,...

06/02/2009 de API59223

Nous sommes parents d’enfants scolarisés dans...

02/10/2008 de FPleo

De didi, en réaction à cet article (site Veille...

texte normal  texte plus grand  texte beaucopu plus grand  envoyer ami

Nouveaux programmes de Maternelle

Le Conseil Supérieur des Programmes, créé par la Loi Peillon de "Refondation de l'Ecole" en 2013, a adopté le 5 février le projet de programme du 22 janvier. La mise en application est prévue pour la rentrée 2016.

Parallèlement, le GRIP (Groupe de Réflexion Interdisciplinaire sur les Programmes) a publié en février 2015 la seconde version de ses propositions pour la Maternelle.Parallèlement, le GRIP (Groupe de Réflexion Interdisciplinaire sur les Programmes) a publié en février 2015 la seconde version de ses propositions pour la Maternelle.

 

 

Sur la forme

Tout oppose les deux textes.

L'indépendance du CSP, fondée par la loi, ne l'empêche pas de vivre en symbiose avec le Ministère. En témoigne le texte, sorti de la même fabrique que beaucoup de versions précédentes des programmes et directives : même abondance (28 pages serrées), même style noble, même abondance de détails tous placés au même niveau, même pensée constructiviste : l'enfant n'apprend pas, il "découvre la fonction de l'écrit", "construit le nombre pour exprimer les quantités", "se construit comme une personne singulière au sein du groupe.", "échange et réfléchit avec les autres", "explore le monde", et ainsi de suite.

Le texte du GRIP, presque trois fois plus court, est simple et clair. Le détail du programme est présenté sous la forme de listes de jeux, d'exercices, d'activités corporelles, et aussi d'exemples et de conseils, souvent en quelques mots, rarement en plusieurs lignes. Ce sont des prescriptions pratiques s'adressant directement aux maîtresses.

Les deux textes peuvent être téléchargés ici

- CSP Programme Maternelle

- GRIP Propositions pour la Maternelle

 

Nous conseillons vivement à nos lecteurs de parcourir quelques pages du CSP, puis de se rafraîchir l'esprit avec le texte du GRIP.

 

 

Sur le fond

• La loi Peillon a créé un cycle unique pour la Maternelle, à la place du cycle GS-CP-CE1 qui n'a jamais eu d'existence réelle, faute de ponts entre la maternelle et l'école élémentaire.

Ainsi la rupture est consacrée entre la Maternelle et l'école élémentaire, au détriment des enfants que les parents ne peuvent pas ou ne savent pas instruire eux-mêmes.

 

• Le GRIP reprend sa proposition ancienne de regrouper la Grande Section de Maternelle et le CP sous la forme du couple CP1-CP2 analogue à CE1-CE2 et CM1-CM2. Il le précise en proposant la création pour ses classes d'une "école moyenne" et la constitution de classes mixtes GS-CP.

À notre sens cela peut se justifier par la nécessité de donner aux maîtresses de cette double classe une spécialisation dans l'apprentissage de la lecture et de l'écriture.

 

• À juste titre, le programme officiel mentionne l'acquisition de la conscience phonologique : discrimination des sons de la langue française, au niveau des phonèmes et donc au-delà des syllabes.

A juste titre aussi, le programme mentionne le principe alphabétique (que les enfants vont "découvrir") et donc la connaissance des lettres et des graphèmes.

Mais cette découverte du principe alphabétique débute en petite section : en moyenne section débute l'initiation au tracé de l'écriture avec la "production autonome d'écrits", par des enfants qui en fait n'ont pas appris méthodiquement la lecture-écriture ; on tombe en plein constructivisme :

 "En grande section, les enfants commencent à avoir des ressources pour écrire, et l'enseignant les encourage à le faire, ou valorise les essais spontanés. Lorsqu'ils ne se contentent plus de recopier des mots qu'ils connaissent et veulent écrire de nouveaux mots, ils recourent à différentes stratégies, en les coordonnant ou non : ils peuvent recopier des morceaux pris à d'autres mots, tracer des lettres dont le son se retrouve dans le mot à écrire, attribuer à des lettres la valeur phonique de leur nom (utiliser la lettre k pour transcrire le son "ca"). La séparation entre les mots reste un problème difficile à résoudre jusqu'en CE1".

La confusion entre l'alphabétique et le départ global, voulu depuis 2006 en réponse à de Robien et encore présente dans les programmes 2008 de Xavier Darcos, est toujours là.

 

• Le GRIP maintient le principe de l'exclusivité de l'oral aux petite et moyenne sections, sauf, en moyenne section, un "apprentissage non systématique du nom de quelques lettres et des sons qui leur est associé".

 

Notre association soutient totalement les propositions du GRIP.

 

• Les deux textes sont de qualité très différente, sur le fond comme sur la forme. Nous regrettons qu'ils ne placent pas en priorité deux impératifs qui sont les suivants :

- Les maîtresses doivent prendre le temps d'observer chacun des enfants, non pas pour alimenter des rapports sur leurs "compétences", mais pour connaître leurs difficultés et y porter remède.

- Pour les enfants qui parlent peu ou mal, pour ceux dont les parents sont mauvais francophones, ou dont les parents ne peuvent pas s'occuper d'eux comme le font les autres, l'impératif est de les faire fortement progresser en langage oral (en français simple mais correct), vocabulaire et syntaxe ; cela, naturellement, demande du temps.

 

(Voir aussi les autres articles consacrés au même sujet en plaçant "Maternelle" dans le moteur de recherche de notre site).