Lettre du site

RSS

Derniers commentaires:

30/04/2013 de hemon

Votre commentaire tour simplement merci pour ce...

30/04/2013 de Parésy

Ce qu'il ne faudrait pas faire ...

06/03/2013 de tomi

La méthode Boscher ( et mamadou et bineta,...

06/02/2009 de API59223

Nous sommes parents d’enfants scolarisés dans...

02/10/2008 de FPleo

De didi, en réaction à cet article (site Veille...

texte normal  texte plus grand  texte beaucopu plus grand  envoyer ami

Réussite et échec scolaire

 • Les partisans de l'enseignement explicite récusent le terme d'élèves en difficulté, qui évoque une caractéristique propre à la personnalité de l'élève.

Ils préfèrent l'expression « élèves à risque » pour les élèves, qui, du fait de leur environnement social, ont plus de risques d'échouer dans leur scolarité.

 • L'enseignement explicite se fixe comme premier objectif le progrès de tous les élèves, le progrès dans le savoir étant celui de l'élève lui-même, indépendamment de la réussite des autres élèves. 

• Depuis longtemps, les recherches effectuées aux USA ont montré l'efficacité particulière de l'enseignement explicite pour les élèves "à risque", à tel point que certains d'entre eux parviennent à se placer parmi les bons élèves favorisés socialement.

D'où un second objectif : « obtenir qu'un nombre significatif d'élèves à risque se classe au niveau des bons élèves favorisés ».

Cela suppose évidemment que les élèves à risque bénéficient d'un enseignement explicite pendant toute la durée de leur cursus scolaire.

En France, l'Education nationale a réussi à imposer l'idée que l'échec scolaire massif ne lui est pas imputable, mais qu'il est dû à l'état de la société, au milieu familial, à des raisons médicales (voir : Des élèves malades de l'école).

 

Le facteur « enseignant ».

À l'étranger, de nombreuses recherches ont eu pour but de détecter la part respective dans la réussite scolaire des principaux facteurs : l'environnement social de l'élève, l'environnement familial, l'école, l'enseignant, etc…

Il en ressort que le facteur « enseignant » a le plus de poids, parce que les écarts sont énormes entre les enseignants efficaces et les enseignants inefficaces, en rapport avec leurs pratiques pédagogiques.

Un bon enseignement parvient presque sur la durée à compenser les handicaps sociaux. Un mauvais enseignement peut avoir un effet négatif. « L'école peut engendrer l'échec scolaire ».

En France, il est courant qu'un enseignant inefficace succédant à un enseignant efficace fasse régresser les élèves.

 

Lire la suite