Lettre du site

RSS

Derniers commentaires:

30/04/2013 de hemon

Votre commentaire tour simplement merci pour ce...

30/04/2013 de Parésy

Ce qu'il ne faudrait pas faire ...

06/03/2013 de tomi

La méthode Boscher ( et mamadou et bineta,...

06/02/2009 de API59223

Nous sommes parents d’enfants scolarisés dans...

02/10/2008 de FPleo

De didi, en réaction à cet article (site Veille...

texte normal  texte plus grand  texte beaucopu plus grand  envoyer ami

Rapport parlementaire sur la formation et le recrutement des enseignants

Décembre 2011

Ce rapport est assez décevant, car il mêle des considérations actuelles et transitoires, voire urgentes, et des réflexions plus générales. Il manque de perspectives.
On y trouve une image assez complète de la situation actuelle, des constats et des réflexions, ainsi que des  propositions, dont certaines sont intéressantes.

 

Voir le texte intégral du rapport.

 

Les constats.

 

Les constats sont assez détaillés, mais ils sont entachés de deux erreurs qui tendent à devenir le nouveau dogme de l'Education nationale (et du Haut Conseil à l'Education) et qui conditionnent directement l'idée qu'on se fait du métier d'enseignant.

 

La première affirmation est qu'il faut préparer les futurs enseignants à travailler dans des classes socialement hétérogènes, ce qui reflète la situation actuelle et tend à la pérenniser, alors que, dans certains cas, ces classes constituent une exception au principe républicain : des classes comportant des élèves de 10 nationalités différentes, dont 10 % de francophones, représentent une ségrégation inadmissible. Par contre des classes comportant 50 % de bons francophones et 50 % d'enfants issus de l'immigration ne présentent pas de difficultés majeures, à condition que dans les disciplines majeures, les groupes d'élèves soient suffisamment homogènes en niveau d'instruction.

En effet, la difficulté pour un enseignant ne réside pas dans la différence sociale entre les élèves, mais dans l'hétérogénéité des niveaux de savoir. Le principe républicain veut que l'école, par l'instruction, comble progressivement les différences sociales non sans créer des différences dans les niveaux d'instruction, différences indépendantes de l'origine sociale car elles sont la conséquence de tout enseignement bien conduit.

 

Par ailleurs, le constat dresse un inventaire apparemment réaliste de multiples difficultés qui semblent procéder, soit de l'improvisation, soit de l'absence quasi totale de gestion des ressources humaines. Les difficultés budgétaires offrent trop souvent des excuses commodes.
 

Les propositions (1 à 9)

Les propositions (10 à 18)

Nos observations