Lettre du site

RSS

Derniers commentaires:

texte normal  texte plus grand  texte beaucopu plus grand  envoyer ami

Rapport THELOT - 2003-2004

Tout le monde a entendu parler du rapport Thelot, du nom du président de la Commission chargé de la synthèse du "grand débat sur l'avenir de l'école", c'est-à-dire la synthèse des centaines de réunions qui se sont tenues et des milliers de messages émis au cours de ce prétendu débat. 

 

Si nous n'en avons pas parlé ici, c'est que, aussi extravagant que cela puisse paraître, RIEN dans le rapport ne parle d'enseignement de la lecture et de l'écriture. Ce n'est pourtant pas manque de contributions. Notre association a adressé en novembre 2003 un dossier à chaque membre de la Commission, et nous avons les preuves de multiples interventions sur ce sujet. Mais, par un curieux phénomène de chimie politique, tout cela s'est purement et simplement évaporé, sans laisser la moindre trace. C'est sans doute que nous et les autres étions "hors sujet", car ce qu'il fallait dire était fermement suggéré par les questions posées dès le départ. Et le plus curieux est que des membres de la commission tout à fait indépendants et respectables n'y ont vu … que du feu ! 


C'est une synthèse magique.

A titre d'information, nous avons relevé les occurrences de quelques mots-clefs. Voici le résultat.

Lire + lecture revient : 7 + 5 = 12 fois
Écrire + écriture revient : 8 + 8 = 16 fois
Calculer + calcul + compter revient : 0 + 3 + 4 = 7 fois
Instruire revient 12 fois
Sous-total : pour ce qui est, au moins à nos yeux, le cœur de l'enseignement, 46 occurrences

Éduquer + éducation + éducatif + éducative revient 19 + 215 + 79 + 105 = 418 occurrences

Enfin, les termes illettrisme et illettré sont présents 1 fois chacun, au total 2 occurrences. Cela reste néanmoins un problème majeur, et occulté.

Il est instructif de noter à quel point l'école se préoccupe infiniment plus d'éduquer que d'instruire. Cela n'a rien d'étonnant, car aujourd'hui, l'éducation nationale ne fait pas mystère de sa beaucoup plus grande préoccupation d'éduquer que d'instruire. Il y a là la clé de l'état d'abandon où sont les enfants à l'école sur le plan de la transmission des connaissances.