Site www.lire-ecrire.org - version imprimable de la page "EVALUATION D’ENTREE EN CP de l’EDUCATION NATIONALE – 2018"
Titre: EVALUATION D’ENTREE EN CP de l’EDUCATION NATIONALE – 2018
Source: Association Lire-Ecrire

EVALUATION D’ENTREE EN CP de l’EDUCATION NATIONALE – 2018

Nous avons commenté en son temps l’examen 2017. La version 2018, manifestement plus élaborée et libérée des pédagogistes, marque un progrès important, certes en partant de très bas l’année précédente. Cependant, à notre sens, elle présente encore des faiblesses.

 Nous présentons ci-après l’analyse des épreuves figurant dans les cahiers Élèves et Examinateur, ainsi que les modalités de notation présentées dans le « Guide Score ».

 Les cahiers CP 2018, y compris le Guide de l’enseignant, se trouvent dans Eduscol CP 2018

 Nous commenterons les résultats quand ils auront été publiés par l’Education nationale.

  

FRANÇAIS

 

Toutes les épreuves sont collectives.

 • Chaque épreuve se rapporte à une « compétence » ; c’est un rituel, un hommage rendu au formidable progrès conceptuel qu’a représenté l’apparition des « compétences » dans la Loi de 2005.

La formulation de cette compétence est parfois grotesque : « Comprendre des textes écrits sans autre aide que le langage entendu ».

 

• Pour chaque épreuve est énoncée une « activité » beaucoup plus pratique.

                  

• Les épreuves étant collectives, les élèves ne peuvent répondre oralement. Ils ne peuvent pas répondre par écrit puisque la plupart ne savent pas écrire. On leur demande de répondre, soit en entourant ou barrant des images, soit en entourant ou barrant des mots ou des groupes de lettres.

 

• Chaque épreuve comporte plusieurs items de même structure mais plus ou moins faciles.

  

Les 14 épreuves.

           C1  C2 : Cahiers 1 et 2       C16 :  6ème exercice du Cahier 1

          -----------------------------------------------------------------------

          C11 C13  C14   Discriminer les sons

          C21                 Discrimination visuelle

          C12  C22         Reconnaître les lettres

          C23  C24         Repérer des régularités dans le langage oral

          C15  C25         Comprendre des mots à l’oral

          C16  C17         Comprendre des textes à l’oral

          C26  C27             ‘’                ‘’                  ‘’

 

 

La notation

La notation (le score) est basée sur le nombre d’items réussis, en trois niveaux

                   – un nombre d’items réussis, au-dessous duquel « on peut considérer, dès le début de l’année, que les élèves rencontrent des difficultés »

                   – un seuil pour les élèves dont « les acquis sont fragiles »

                   – au-delà, les résultats sont considérés comme satisfaisants.

 

I – Pour chaque élève, chaque item est soit bon  soit mauvais, note 1 ou 0

 

Chaque épreuve a plusieurs items ou tests répétitifs, soit 77 items. Le total des 77 notes n’est pas très significatif – sauf s’il est très fort très faible – car on additionne des notes correspondant à des savoirs et savoir-faire différents.

 

II – L’examinateur enregistre les résultats des épreuves sur Internet, et la DGESCO lui retourne des tableaux par élève, aussi destinés aux parents.

 Pour simplifier les choses :

– Certaines épreuves sont regroupées, et leurs notes sont additionnées : il en résulte huit groupes d’épreuves dont la liste est donnée ci-dessous. Ces regroupements ne sont pas évidents pour les profanes.

– Les 8 notes sont réparties en 3 groupes que nous appelons  A  B  C

  

                                                                              Groupes de notes

                                                                               A         B         C

1 - Comparer des suites de lettres                        0 à 3    4 à 8   9 à 24

2 – Reconnaître des lettres parmi les signes          0 à 2    3 à 7   9 à 11

3 - Connaître le nom des lettres et leur son           0 à 2    3 à 5   6 à 10

4 – Manipuler des phonèmes                                0 à 2    3 à 5

5 – Manipuler des syllabes                                   0 à 5    6 à 8   9 à 15

6 – Comprendre des mots lus                               0 à 6   7 à 10 11 à 15

7 – Comprendre des phrases lues                         0 à 6   7 à 10 11 à 14

8 – Comprendre des textes lus                             0 à 4   5 à 7    8 à 18    

 

NB1. Les libellés 6 7 8  prêtent à confusion. Comme la plupart des élèves ne savent pas lire, les mots, phrases et textes sont lus par l’examinateur. Ils sont entendus par les élèves. D’autre part, comprendre des phrases et des groupes de phrases suppose que l’on connaît le sens de la plupart des mots. Ce sont donc d’abord des épreuves de vocabulaire.

 

NB2. Les groupes que nous avons appelé A B C  sont bien des niveaux de savoirs et de savoir-faire des élèves. Ils ne peuvent être considérés comme des niveaux de capacités personnelles. Tout dépend en effet de la façon dont chaque élève a été instruit en maternelle et par ses parents.

 

Cet examen explore un certain nombre de savoirs et de savoir-faire des élèves. Mais il est fortement limité par le choix d’épreuves collectives. L’élève ne déchiffre pas, ne lit pas, à haute voix. On ignore tout de sa prononciation (une bonne prononciation est favorable à l’orthographe). On ne sait rien de sa façon de s’exprimer,  de l’étendue de son vocabulaire.

 C’est paradoxal, sachant que la lecture est le passage de l’écrit à l’oral.

 

CP - MATHS

 Observations préliminaires

1 – Comme déjà indiqué à propos de l’évaluation CP 2017, il faut déplorer la confusion persistante entre nombre et chiffre.

 Le nombre est une réalité abstraite, une construction de notre cerveau, résultant de l’observation de groupes de personnes, animaux ou choses.

 Le chiffre n’est qu’un code parmi d’autres pour abréger à l’écrit le nom d’un nombre ; il trouve toute son utilité dans le système décimal.

 Il faut donc que, même en maternelle, même en CP, éviter cette confusion. La formulation correcte se trouve dans le cahier de l’examinateur, exercice 1

          ’’Associer les noms des nombres à leur écriture chiffrée ’’.

 

 2 – 0 n’est pas un nombre, c’est une représentation verbale et un code écrit pour « Rien » ou « Néant ».

 Le symbole 10 n’est ni le nombre dix, ni un chiffre. C’est une combinaison de chiffres appartenant à la combinatoire du système décimal.

 Nous désapprouvons l’emploi de 0 dans un examen d’entrée en CP.

  

Les épreuves

Elles sont collectives.

                   1   -   Reconnaître des nombres dictés

                   2   -   Dénombrer une collection

                   3   -   Comparer des nombres

                   4   -   Résoudre des problèmes

                   5   -   Dictée de nombres entiers à exprimer en écriture chiffrée

                   6   -   Placer des nombres sur une ligne

 

Vue d’ensemble.

Cet examen fait une place excessive aux chiffres et va dans le sens d’une confusion, dans l’esprit des élèves, entre nombres et chiffres.

Le nombre est représentatif de quantités, et à l’entrée en CP l’élève peut travailler sur des collections d’objets. Additionner ou retrancher des objets est familier. Lors d’un examen individuel, on peut observer ce que fait l’élève et lui demander une réponse orale. Dans une épreuve collective, on peut aussi employer des objets ou des images d’objets, ici en petit nombre, mais les élèves ne peuvent pas écrire le nom du nombre résultat.

 

Détail des épreuves et commentaires - FRANCAIS

Détail des épreuves et commentaires - MATHS