Lettre du site

RSS

Derniers commentaires:

30/04/2013 de hemon

Votre commentaire tour simplement merci pour ce...

30/04/2013 de Parésy

Ce qu'il ne faudrait pas faire ...

06/03/2013 de tomi

La méthode Boscher ( et mamadou et bineta,...

06/02/2009 de API59223

Nous sommes parents d’enfants scolarisés dans...

02/10/2008 de FPleo

De didi, en réaction à cet article (site Veille...

texte normal  texte plus grand  texte beaucopu plus grand  envoyer ami

Histoire et géographie

Histoire

 

Ce programme est bâti sur des thèmes dominants chaque année.

           5ème   - VIème-XIIIème siècles : Chrétienté et Islam, des mondes                                                 en contact
                     -  XIème-XVème siècles : Société, Eglise et pouvoir politique                                                dans l'Occident féodal
                     -  Transformation  de l'Europe et ouverture sur le monde                                                    aux XVIème  et XVIIème siècles

           4ème    - XVIIIème :  Expansions, Lumières et révolutions
                      - XIXème :  L'Europe et le Monde
                      - Société, culture et politique dans la France au XIXème siècle

           3ème   -  L'Europe, un théâtre majeur de guerres totales (1914–1945)
                     -  Le Monde depuis 1945
                     -  Françaises et Français dans une République repensée

 

•  La chronologie est respectée, c'est un point positif (Ce n'est pas le cas du cycle 3).

 

 •  Au sujet des 3 thèmes de la classe de 3ème, nous renouvelons notre conviction que, à partir de 1930, l'enseignement devrait être purement factuel, c'est-à-dire limité aux événements indiscutables. La présentation des causes, responsabilités, explications devrait être exclue.

 Ceci pour deux raisons :
                    - d'une part, les historiens n'ont pas terminé leur travail, permettant de dégager des points d'accord, de désaccord, des interrogations;
                    - d'autre part, l'interprétation des faits met en jeu chez les français d'aujourd'hui des convictions très fortes, souvent liées à l'histoire familiale, sources de conflits si l'enseignement se risque sur ce terrain.

 

•  S'en tenir aux faits objectifs et non contestés depuis 1930 allégerait fortement le programme de 3ème et donc l'ensemble du cycle.

Cela permettrait de combler quelques lacunes telles que :

-  une présentation factuelle et schématique de l'histoire du Monde avant le VIème siècle
-  la présentation factuelle et schématique (repères) de l'histoire de France depuis la conquête romaine
- la naissance et le développement des Etats-Unis
- au lieu de République repensée, d'autres régimes démocratiques qui suivent des règles différentes
- etc.

 

 • Accessoirement, les moyens numériques permettent la présentation aux élèves d'images facilitant la mémorisation, par exemple des cartes de l'atlas historique, des images de monuments témoins du passé.

 

 •  Il faut maintenant attendre la publication des nouveaux manuels d'histoire pour la rentrée 2016, car la plupart des enseignants bâtiront leur cours, non à partir du programme, mais à partir d'un manuel.

 

Géographie

 

 Le programme est aussi organisé par grands thèmes

          5ème    -  La question démographique et l'inégal développement
                     -  Des ressources limitées à gérer et à renouveler
                     -  Prévenir les risques, s'adapter au changement global
 

         4ème    -  L'urbanisation du monde
                     - Les mobilités humaines transnationales
                     - Des  espaces transformés par la mondialisation

         3ème     -  Dynamiques territoriales de la France contemporaine
                     -  Pourquoi et comment aménager le territoire
                     -  La France et l'Union Européenne

 

Ces thèmes laissent aux enseignants une assez grande latitude de choix de tel ou tel cas à développer.

 

 •  Ce programme appelle quelques observations :

                I - D'une part, la géographie de la France est pratiquement absente. On pourrait cependant imaginer qu'à la fin de la scolarité obligatoire, un jeune Français ait une connaissance assez détaillée, mais surtout cohérente et structurée, de la géographie physique de la France : ses frontières,  montagnes et plaines, fleuves, climats, etc. De même pour la démographie et l'économie, les activités culturelles et autres.

 Comme pour les autres disciplines, le programme prévoit des croisements avec d'autres enseignements – mais le croisement avec la géographie de la France n'est pas prévu.

 

                  II – D'autre part, presque tous les thèmes sont l'objet de débats politiques actuels, parfaitement légitimes mais qui n'ont pas leur place dans l'enseignement d'élèves qui ne sont pas encore majeurs.

Le risque est évidemment que professeurs et élèves s'en tiennent sur chaque question à un seul point de vue dans des domaines en pleine évolution : par exemple, confondre l'écologie scientifique, marquée par le doute et la prudence, et l'écologie politique et médiatique, qui se nourrit de convictions absolues.

 

Il aurait été bon que les programmes stipulent l'obligation, pour les enseignants, d'assortir chaque exemple d'un contre-exemple.


Ainsi, pour l'aménagement du territoire :

- réussite et échec de villes nouvelles créées par l'Etat
- réussites et erreurs dans les choix faits par des villes moyennes et grandes
- pour la gestion des ressources naturelles,  la Norvège et, en contre-exemple,  l'Algérie

 

 

 Comme en histoire, nous devons maintenant attendre les nouveaux manuels de géographie conçus pour la rentrée 2016.