Lettre du site

RSS

Derniers commentaires:

30/04/2013 de hemon

Votre commentaire tour simplement merci pour ce...

30/04/2013 de Parésy

Ce qu'il ne faudrait pas faire ...

06/03/2013 de tomi

La méthode Boscher ( et mamadou et bineta,...

06/02/2009 de API59223

Nous sommes parents d’enfants scolarisés dans...

02/10/2008 de FPleo

De didi, en réaction à cet article (site Veille...

texte normal  texte plus grand  texte beaucopu plus grand  envoyer ami

Un apôtre de l'Education Nouvelle : Philippe MEIRIEU

L. Lurçat, dans "Vers une école totalitaire", FX de Guibert, 1998, analyse quelques-uns des dogmes mis en avant par Philippe MEIRIEU. ("L'école ou la guerre civile", Ph.Meirieu et M.Guiraud, PLON 1997)

 

Contre la réussite individuelle

La haine et les mauvais sentiments sont partout, y compris chez les élèves : « quelle fraternité ? les élèves qui échouent et ceux qui s'en sortent ont-ils quelque chose de commun ? peut-on se sentir le frère, le concitoyen de celui qui ne réussit qu'à votre détriment ? ».

Dans l'esprit de Meirieu, la réussite individuelle est une mauvaise action contre ceux qui ne réussissent pas. On comprend qu'il veuille supprimer la courbe de Gauss, concrétisant le classement des élèves en mauvais, bons et moyens. Il n'y aurait ainsi plus de bons ni de mauvais, il n'y aurait que des égaux. Meirieu ne s'inquiète guère de niveler les compétences, puisque les connaissances n'ont d'autre finalité que de classer les élèves.

Meirieu met en cause les disciplines abstraites : « Une discipline qui impose une hiérarchisation implacable et organise la séparation des êtres en compartiments étanches est contradictoire par essence avec la vocation de la scolarité obligatoire ». Telle qu'il l'imagine, cette scolarité obligatoire aurait pour but de « transmettre à tous les savoirs et la culture qui constituent le "bien commun" indispensable à l'exercice d'une citoyenneté responsable ». Le projet est idéologique et n'a plus rien à voir avec l'instruction publique et la transmission des connaissances.

 

Le mixage des élèves

Seul le mixage des enfants de tous les milieux et de tous les niveaux permettra d'unifier les pensées en une pensée commune.


Cette école qui veut refonder les valeurs de la république a pour mots d'ordre : « médiation, expression, responsabilisation » ; son objectif est la socialisation dans l'éducation du citoyen. La volonté de manipuler les enfants est explicite, contrairement au projet de l'école laïque. Il faut que l'enfant « prenne peu à peu du pouvoir sur ses parents ». il doit apprendre la résistance aux opinions qu'il entend de tous côtés, y compris « aux suggestions ou influences de la famille »

Extraits