Lettre du site

RSS

Derniers commentaires:

30/04/2013 de hemon

Votre commentaire tour simplement merci pour ce...

30/04/2013 de Parésy

Ce qu'il ne faudrait pas faire ...

06/03/2013 de tomi

La méthode Boscher ( et mamadou et bineta,...

06/02/2009 de API59223

Nous sommes parents d’enfants scolarisés dans...

02/10/2008 de FPleo

De didi, en réaction à cet article (site Veille...

texte normal  texte plus grand  texte beaucopu plus grand  envoyer ami

La nouvelle version des projets de programmes du primaire

Conseil Supérieur des Programmes 18 septembre 2015

La précédente  version, publiée en avril 2015, était pratiquement illisible tant elle comportait de jargon pédagogiste.

La nouvelle version ne change rien au fond, elle marque un net progrès sur la forme.

  

Rappels.

- Ces programmes sont applicables à la rentrée 2016

- La 6ème sera intégrée au primaire

- Les textes relatifs à cette nouvelle version sont téléchargeables :

Cycle 2 :  CP  CE1  CE2

Cycle 3 :  CM1  CM2  6ème

 

 

Un progrès

• La nouvelle version est écrite en français. Le constructivisme et le pédagogisme y sont cependant présentés, mais restent cantonnés.

On parle toujours, non pas de ce que le maitre doit enseigner, ni de ce que l'élève doit apprendre (selon une déclaration de la ministre) mais de ce que l'élève sait : tout est rédigé au présent de l'indicatif, ce qui suscite un malaise chez le lecteur qui sait pertinemment que le présent réel n'a pas grand-chose à voir avec ce qui est écrit.

 

• Quelques exemples de jargon

- "l'enseignement questionner le monde" (sic, sans guillemets)

- "tous les enseignements questionnent le monde"

-"adopter une distance critique par rapport au langage produit" (il s'agit bien des élèves)

-"s'approprier un champ d'apprentissage, c'est pouvoir repérer et utiliser peu à peu des vocabulaires spécifiques" (Pourquoi  "repérer" ? Parce que le maître doit se garder d'enseigner et d'imposer un vocabulaire spécifique à tel ou tel domaine ; c'est à l'élève, qui construit son savoir, de repérer dans les discours du maître et des autres élèves les mots et leur sens).

Cependant, pour l'essentiel, la rédaction du français permet à tout un chacun de consulter ces documents.

Plan des documents programmes Cycles 2 et 3

(pour les fondamentaux : français, maths, histoire et géographie)

 

 

A – Contributions essentielles des différents documents au socle commun

 

Domaine 1  Langages pour penser et communiquer

       11 Comprendre, s'exprimer en français à l'oral et à l'écrit

       12           "                     "    en une langue étrangère ou régionale

      13      "                     "    en utilisant les langages mathématiques, scientifiques et informatiques

 

Domaine 2  Méthodes et outils pour apprendre

Domaine 3  Formation de la personne et du citoyen

Domaine 4  Systèmes naturels et systèmes techniques

Domaine 5  Représentations du monde et de l'activité humaine

 

 

B – Par discipline

B1  Français (domaine 11)

111 Comprendre et s'exprimer à l'oral / langage oral

112 Lire / Lecture et compréhension de l'écrit

113 Ecrire / Ecriture

114 Comprendre le fonctionnement de la langue / Etude de la langue

 

     Pour chaque domaine 111 à 114 :

- Introduction

- Attentes en fin de cycle

- Tableau synoptique : une colonne "Connaissances et compétences associées", une colonne " Exemple de situations, d'activités et de ressources pour l'élève"

- Repères de progressivité

- Croisements entre enseignements

 

B2  Maths

21 Les "compétences travaillées", propres aux maths mais mises en rapport avec les domaines du socle

-  Chercher (domaines 2, 4)

-  Modéliser  (1, 2, 4)

-  Représenter  (1, 5)

-  Raisonner  (2, 3, 4)

-  Calculer  (4)

-  Communiquer  (1, 3)

 

(seul, "calculer" est spécifique des maths ; il manque "démontrer")

 

 

22 On passe ensuite à un classement propre aux maths

211   Nombres et calculs

212   Grandeurs et mesures

213  Espace et géométrie

 

(dans ces trois secteurs, le plan est le même que pour le français)

 

 

 

B3  Histoire et géographie (uniquement cycle 3)

 

"Compétences travaillées"

 

31 Se repérer dans le temps : construire des repères historiques (domaines 1, 2, 5)

32 Se repérer dans l'espace : construire des repères géographiques (1, 2, 5)

33 Raisonner, justifier une démarche et les choix effectués (1, 2)

34 S'informer dans le monde du numérique (1, 2)

35 Comprendre un document (1, 2)

36 Pratiquer différents langages en histoire et géographie (1, 2, 5)

37 Coopérer et mutualiser (2, 3)

 

 

    Ensuite le plan redevient propre aux disciplines

Histoire        CM1 / CM2  / 6ème

Géographie  CM1 / CM2  / 6ème

 

    Pour chaque section, un tableau synoptique par thème

9  thèmes pour l'histoire  (3 par année)

10   "       pour la géographie (3 en CM1 et CM2,  4 en 6ème)

 

Les tableaux synoptiques.

Que ce soit sous la forme retenue en français et math :

Une colonne " Connaissances et compétences associées"

Une colonne " Exemples de situations, d'activités et de ressources pour l'élève"

ou, sous la forme adoptée pour l'histoire et la géographie (par thèmes), ces tableaux relèvent pleinement de la didactique propre à chaque discipline. L'existence de didactiques disciplinaires est niée par les pédagogistes, qui professent qu'il n'existe qu'une pédagogie applicable à toutes les disciplines.

Or ces tableaux tiennent une place importante dans les projets. Dans la version diffusée pr le ministère, les cycles 2 et 3 occupent environ 200 pages. Les trois disciplines fondamentales : français, maths, histoire et géographie, occupent environ 90 pages. Sur ces 90 pages, environ 40 sont des tableaux synoptiques. 

  

 

La difficile conciliation des approches par compétences et connaissances

 

L'ambition affichée semble claire :

"éviter une double prescription (programme du socle d'un côté et programmes des disciplines de l'autre), défaut majeur du dispositif retenu en 2006, et donc rendre lisible et efficace un projet cohérent d'éducation et d'enseignement".

Un simple survol des textes montre que cette conciliation est toujours aussi difficile en 2015 qu'en 2005 et 2012. Cela provient évidemment du fait qu'il n'existe aucune définition opérationnelle des mots "compétence" et "socle".

On constate en effet que l'expression des relations entre connaissances et compétences est comme un exercice obligé, un hommage préliminaire à la déesse Compétences. Ensuite, on passe aux aspects concrets, aux connaissances dans le cadre disciplinaire – ce qui ne suffit pas à garantir la qualité de ces projets de programmes.

 

La question du socle est encore obscurcie par des phrases telles que la suivante :

" le volet 1 présente les objectifs de formation ainsi que les spécificités du cycle, dans la perspective de l'acquisition progressive de la culture commune définie par le socle commun de connaissances, de compétences et de culture".

 

On nous a répété que le socle serait défini par les programmes, de sorte que :

- le programme définit le socle

- le socle définit la culture commune

Comprenne qui pourra !

   

 

Les attendus en fin de cycle

 

On pouvait espérer trouver le socle dans les attendus, définis dans chaque domaine ou section en quelques phrases. Malheureusement, ces phrases sont souvent très vagues.

Exemples pour la fin du cycle 2, fin de la 6ème

Français – Ecriture

. Ecrire un texte d'une ou deux pages adapté à son destinataire

. Après révision, obtenir un texte organisé et cohérent, à la graphie lisible et respectant les régularités orthographiques étudiées en cours de cycle.

S'il s'agit du socle (commun à tous les élèves), le premier point est manifestement très ambitieux.

Sur le second point : s'agit-il du texte précédent ?  Que signifie "après révision" ?  Révision avec le maître ou relecture par l'élève ?  Que signifie "régularités orthographiques" dans l'orthographe lexicale (la foi, le foie, une fois) ?

 

Maths – Grandeurs et mesures

. Utiliser le lexique, les unités, les instruments de mesure de ces grandeurs (longueur, aire, volume, angle)

Le fait d'exclure les masses et le temps pourrait être caractéristique du socle ; quel est l'instrument de mesure des aires ?

 

Histoire et géographie

Pas d'attendus en fin de cycle

 

On conçoit que la ministre soit plus à l'aise dans la nième réforme, qui portera son nom, que dans le sauvetage des 300.000 enfants qui entrent chaque année dans le système scolaire pour y être massacrés.

 

Il est clair maintenant que, pour les progressistes, le socle commun n'est pas le moyen d'imposer à l'Education nationale une obligation de résultats à l'égard des élèves les plus faibles. Le socle commun et ses prétendues compétences, n'est que le sous-marin voué à la destruction des enseignements disciplinaires, et à la promotion de la "culture commune".

 

Sur le fond, et les lacunes les plus graves de ces projets de programmes, se reporter aux conclusions de notre étude de la première version.