Lettre du site

RSS

Derniers commentaires:

30/04/2013 de hemon

Votre commentaire tour simplement merci pour ce...

30/04/2013 de Parésy

Ce qu'il ne faudrait pas faire ...

06/03/2013 de tomi

La méthode Boscher ( et mamadou et bineta,...

06/02/2009 de API59223

Nous sommes parents d’enfants scolarisés dans...

02/10/2008 de FPleo

De didi, en réaction à cet article (site Veille...

texte normal  texte plus grand  texte beaucopu plus grand  envoyer ami

Protéger l'enfant

« On en vient à négliger le rôle que joue l’éducation dans toute civilisation, l’obligation que crée pour toute société humaine l’existence des enfants

« Mais cette crise de l’éducation est le reflet d’une crise beaucoup plus générale et de l’instabilité de la société moderne.

« L’enfant a besoin d’être protégé et sa place est dans la famille

« Dans le mouvement d’émancipation des minorités qui a concerné les femmes et les noirs : celle des enfants n’avait pas besoin d’être émancipée. Cela se traduit par un abandon et une trahison.   

« Toute l’éducation est fondée sur le conservatisme, au sens de conservation essence même de l’éducation qui a toujours pour tâche de protéger et de conserver quelque chose – l’enfant contre le monde, le monde contre l’enfant.

 « La crise de l’autorité dans l’éducation est étroitement liée à la crise de la tradition, c’est-à-dire à la crise de notre attitude envers tout ce qui touche au passé. Pour l’éducateur, cet aspect de la crise est particulièrement difficile à porter car il lui appartient de faire le lien entre l’ancien et le nouveau : sa profession exige de lui un immense respect du passé . L’éducation ne peut faire fi ni de l’autorité ni de la tradition dans un monde qui n’est pas structuré par l’autorité ni retenu par la tradition.

 

 « Nous devons fermement séparer le monde de l’éducation des autres et surtout de celui de la vie politique et publique.

 

 Extraits de Hannah Arendt - 1972 - La crise de la culture