Lettre du site

RSS

Derniers commentaires:

30/04/2013 de hemon

Votre commentaire tour simplement merci pour ce...

30/04/2013 de Parésy

Ce qu'il ne faudrait pas faire ...

06/03/2013 de tomi

La méthode Boscher ( et mamadou et bineta,...

06/02/2009 de API59223

Nous sommes parents d’enfants scolarisés dans...

02/10/2008 de FPleo

De didi, en réaction à cet article (site Veille...

texte normal  texte plus grand  texte beaucopu plus grand  envoyer ami

D e v i n e r …

Selon les nouvelles théories, le professeur n'est plus un professeur qui enseigne quelque chose que les élèves ont à apprendre, mais il est un tuteur, un observateur, un conseiller, ou même un animateur qui aide l'enfant à construire son projet. L'élève est ainsi désigné sous le titre d'"apprenant", parce que « élève » entraîne « professeur » et crée une situation de domination.
A cet égard, il est intéressant d'examiner certains éléments de la réforme qu'avait préparée Alain Peyrefitte ministre de l'éducation nationale, en 1967 qui devait entrer en vigueur à la rentée scolaire 1968.

Point 4 – Rénovation de la pédagogie


Substituer à la pratique du monologue du maître, celle du dialogue avec les élèves. Le cours magistral doit disparaître presque complètement à tous les niveaux (remplacé par le film éducatif). Le maître doit devenir un animateur, un interpellateur, un éveilleur, abandonner toute attitude dogmatique, procéder par questions, par suggestions : la maïeutique socratique appliquée aux programmes scolaires. L'élève, l'étudiant doit être considéré comme une personne à qui il faut faire confiance et donner confiance en elle-même.

On généralisera l'adoption des méthodes actives, qui ont largement fait leurs preuves (…).

Substituer à la leçon apprise par cœur l'effort pour faire comprendre et deviner par l'élève. Développer sa curiosité, son goût de la recherche, sa capacité d'invention, sa créativité. Que l'enseignement soit dans la vie : actualiser toute matière par des exemples pris dans le concret ou dans l'actualité. Développement des études du milieu et de l'observation des faits, des plantes, des êtres vivants ou des objets inanimés environnants.

Disparition des "devoirs à la maison", à remplacer par des interrogations écrites et orales donnant aux élèves l'occasion de s'extérioriser, d'améliorer leur capacité d'expression, et de s'évaluer eux-mêmes (auto-correction, auto-appréciation).


Alain PEYREFITTE "C'était de GAULLE" ––
Paris, Arthème Fayard, 2000
Les vingt-sept points d'un projet de réforme de 1967-68