Lettre du site

RSS

Derniers commentaires:

30/04/2013 de hemon

Votre commentaire tour simplement merci pour ce...

30/04/2013 de Parésy

Ce qu'il ne faudrait pas faire ...

06/03/2013 de tomi

La méthode Boscher ( et mamadou et bineta,...

06/02/2009 de API59223

Nous sommes parents d’enfants scolarisés dans...

02/10/2008 de FPleo

De didi, en réaction à cet article (site Veille...

texte normal  texte plus grand  texte beaucopu plus grand  envoyer ami

"Donner du sens" au socle commun : mission impossible ?

Dix ans après son inscription dans la loi Fillon, le socle commun échappe toujours aussi énergiquement à la définition et donc à la simple compréhension. Plus s'accumule la prose baroque, et plus s'obscurcit le tableau. Le socle commun semble coller à la plume des réformateurs. Comment s'en débarrasser ?

Pourtant, sous une autre forme, en termes simples, Jules Ferry avait assigné à l'école primaire obligatoire une mission prioritaire : donner à tous les jeunes français (à la plupart d'entre eux) la connaissance de "ce que ne pouvait plus ignorer un citoyen d'une grande République". Ces savoirs, acquis avant 13 ans, devaient servir la vie durant, car la plupart des élèves ne poursuivraient pas leurs études au-delà. Jules Ferry ne parlait pas d'égalité avec ceux qui avaient le privilège d'apprendre le grec et le latin ; il parlait d'un minimum de savoirs et savoir-faire.

En 1974, Valéry Giscard d'Estaing ouvrait la voie au collège unique qui devait donner à chaque jeune le savoir nécessaire, dont la définition évoluerait avec l'état de notre société. VGE était évidemment très éloigné de l'égalitarisme de notre pasionaria, et bornait son ambition à souhaiter que les jeunes les plus doués de milieux défavorisés trouvent dans un collège "unique", l'occasion de s'élever au niveau de leurs mérites.

Cependant, ni Jules Ferry ni Valéry Giscard d'Estaing n'ont obtenu que le minimum nécessaire, tel qu'ils le concevaient, soit défini avec précision et que l'obtention de cet objectif soit vérifiable et vérifié. Le Certificat d'Etudes était certainement au-dessus de ce minimum ; quant au collège unique, il a fait naufrage avec ses élèves.

La question reste donc posée.

 

                                                                                         Suite